Goldman Sachs réduit ses prévisions pour les sociétés européennes

 |  | 372 mots
Lecture 2 min.
A l'heure où les "profit warnings" se multiplient aux Etats-Unis, les places boursières du Vieux Continent pourraient faire figure de hâvres de paix face à des marchés américains en proie au doute. Il n'en est rien, estime la banque d'investissement Goldman Sachs. Elle vient en effet de réduire, pour la deuxième fois en l'espace d'un mois, ses prévisions de bénéfice par action (BPA) pour les sociétés européennes en 2001. Elle table dorénavant sur une hausse des BPA de 4% l'année prochaine, contre une précédente estimation de 6%. En novembre, la banque était beaucoup plus optimiste, annonçant des BPA en progression moyenne de 11%.C'est le ralentissement de l'économie mondiale qui a amené les experts de Goldman Sachs à revoir leurs estimations. L'Europe n'est pas à l'abri de la récession, note la banque américaine, même si elle ne prévoit pas ce scénario à l'heure actuelle. "Les responsables politiques ont encore du temps et de la latitude d'action devant eux", écrivent les analystes de GS tout en reconnaissant que "les événements de marché ont penché dans le mauvais sens" au cours des dernières semaines. La nouvelle vague de correction sur les valeurs technologiques pourrait notamment déprimer la demande de produits "high tech".GS rejoint donc le camp des pessimistes, incitant ses clients à privilégier les valeurs défensives. Une recommandation proche de celle donnée par Morgan Stanley au début du mois. "Les investisseurs doivent être prudents et défensifs, privilégiant avant tout la préservation de leur capital, plutôt que son appréciation", avaient alors lancé les stratégistes de MSDW. Une façon de diriger les investisseurs vers des secteurs tels que la pharmacie, les cosmétiques ou les services collectifs, dont les bénéfices sont traditionnellement peu corrélés à la croissance économique.Il semble en tout cas acquis que les investisseurs ne retrouveront pas des taux de croissance des BPA équivalents à ceux de l'année 2000. Selon le consensus réalisé par IBES International, les profits des cinquante grandes entreprises de l'indice Stoxx 50 devraient bondir de 11% l'année prochaine, soit deux fois moins qu'estimé pour l'année en cours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :