CEA Industrie surfe sur la réorganisation de la filière nucléaire

La réorganisation de l'ensemble de la filière nucléaire, dont les principes ont été posés jeudi par Laurent Fabius au colloque sur "le nouveau capitalisme européen" organisé par La Tribune, a donné un coup de projecteur aux certificats d'investissements de CEA-Industrie, le véhicule coté du CEA, appelé à accueillir la future holding cotée. Après avoir gagné 6,74 % à 160 euros hier, le titre a bondi de plus de 10% vendredi, à 176,5 euros, avant d'être réservé à la hausse. A la fin de séance, il était toujours incotable.Les porteurs peuvent en effet espérer une transformation de leur certificat en actions de la holding Topco, qui détiendra à terme des participations dans Framatome (66%), Cogema (100%), STMicroelectronics (11%) et FCI (60%). Cette recomposition de l'industrie nucléaire française pourrait également favoriser un écrasement de la décote, estimée par les banquiers d'affaires à 70 % par rapport à l'actif net réévalué (ANR) des participations de CEA-I. Celle-ci pourrait être ainsi ramenée à 40 %.Un gérant estime pour sa part l'ANR de CEA-I à plus de 300 euros par titre. Au cours actuel du certificat, la capitalisation de CEA-I est donc de 5,2 milliards d'euros. Soit un montant à peine supérieur à la seule participation de 11 % que CEA-I possède indirectement dans STMicroelectronics (4,4 milliards d'euros).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.