Les pertes de Wanadoo font plonger le titre

 |  | 419 mots
Lecture 2 min.
Après Liberty Surf la semaine dernière, Wanadoo a publié jeudi soir ses comptes pour le 1er semestre de son exercice 2000. Le premier fournisseur d'accès français a lui aussi vu ses pertes se creuser, enregistrant un résultat net négatif de 66,9 millions d'euros. Sur l'ensemble de l'année 1999, les pertes nettes de la filiale Internet de France Télécom s'étaient limitées à 1,9 million d'euros.Le résultat d'exploitation affiche pour sa part une perte de 57,4 millions d'euros avant amortissement et dépréciation (Ebitda). Des chiffres plutôt moins bons qu'attendu par les analystes, dont les prévisions s'étalaient entre 30 et 70 millions d'euros de pertes. Le chiffre d'affaires du groupe se situe lui aussi dans le bas de la fourchette des prévisions, à 446,3 millions d'euros alors que les plus optimistes avançaient des revenus dépassant les 600 millions d'euros. Les services Internet représentent moins d'un quart du chiffre d'affaires total de Wanadoo, avec des recettes de 104,8 millions d'euros. Le solde provient des Pages Jaunes, qui affichent d'ailleurs un Ebitda positif de 88,3 million d'euros.Wanadoo a par ailleurs annoncé que son service d'accès à Internet comptait 1,885 million de souscripteurs actifs au 30 juin 2000, dont 1,38 million d'abonnés français. En septembre, ces derniers étaient 1,5 million, a précisé la société. Des chiffres en ligne avec les estimations des milieux financiers.La dégradation des comptes de Wanadoo provoque une nouvelle dégringolade du titre en bourse. Vendredi, l'action a reculé de 7,81% à 14,75 euros tandis que l'action France Telecom a perdu plus de 4% à 115 euros. Le titre Wanadoo est désormais en retrait de plus de 21% par rapport à son cours d'introduction sur le premier marché de la Bourse de Paris, le 17 juillet dernier. Dans l'attente de la publication des résultats du groupe, l'action Wanadoo s'était pourtant apprécié de près de 10% jeudi. Les dirigeants de Wanadoo sont également attendus sur leurs perspectives d'alliance ou de croissance externe sur le territoire européen. La course à la taille est en effet lancée depuis plusieurs mois sur le Vieux Continent. T-Online a fait le premier pas en rachetant le français Club Internet au début de l'année, suivi par Terra Networks qui a racheté Lycos, et par l'italien Tiscali, qui s'est rapproché du néerlandais World Online. Dans ce contexte, Wanadoo pourrait rapidement se trouver isolé, même si des négociations ont été évoquées avec l'allemand Freenet, filiale du groupe Mobilcom dont France Télécom possède 28,5% du capital.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :