Microsoft : Le virage Internet entériné

 |  | 540 mots
Le départ de Bill Gates du fauteuil de pdg de Microsoft pour celui "d'architecte en chef des logiciels" reflète avant tout un recentrage du groupe sur l'internet, selon les analystes qui n'y voient pas de corrélation avec le procès anti-trust dont il est l'objet. "Il est clair que beaucoup de changements sont en cours dans l'industrie des logiciels. L'évolution de l'ordinateur personnel (PC) vers l'internet est très importante", estime ainsi Bill Epifanio de JP Morgan Securities. Les logiciels sont désormais installés sur des serveurs centraux et non plus uniquement sur les ordinateurs personnels (PC). Là où ces derniers régnaient en maître jusqu'à peu, les outils d'accès au web se multiplient, du baladeur téléchargeant de la musique sur internet au téléphone cellulaire. Face à cette révolution, Microsoft, qui régne sans partage sur les systèmes d'exploitation des PC avec le logiciel Windows, a décidé de prendre les devants, en mobilisant le premier talent de Bill Gates, la conception de logiciels. "Il est très bien que Microsoft recentre les efforts de Bill Gates sur ce qu'il fait probablement le mieux, c'est-à-dire concevoir des stratégies et des produits", a estimé Bill Epifanio. "Cette décision ne va pas bouleverser les choses", a-t-il toutefois ajouté. Le nouveau pdg, Steve Ballmer, jusqu'ici numéro deux du groupe et proche de Bill Gates, est "un non risque absolu", a-t-il dit. Même son de cloche chez Paul Dravis du courtier BofA Montgomery, pour qui le transfert de la casquette de pdg à Steve Ballmer ne fait qu'entériner une situation qui prévalait déjà depuis plusieurs mois. "Steve Ballmer a toujours été un dirigeant très en vue de Microsoft", a souligné M. Dravis. "Dans les six derniers mois, il a joué un rôle plus actif en ce qui concerne la direction de Microsoft. La décision d'aujourd'hui ne fait que formaliser ce qui était déjà en cours", a-t-il dit. M. Dravis exclut en revanche "une relation causale" avec le procès anti-trust intenté par le gouvernement américain à Microsoft alors que des rumeurs circulent sur un possible démembrement de Microsoft comme issue à ce contentieux. "Bill Gates revient simplement sur sa route", a-t-il estimé. L'homme le plus riche du monde a de facto d'abord construit l'empire Microsoft grâce à son génie "d'architecte", en inventant un système d'exploitation compatible avec tous types de PC, Windows. La toute puissance commerciale de Microsoft, fondée sur le quasi-monople de Windows qui équipe 90% des PC, est venue ensuite. Les changements à la tête de Microsoft ne font que confirmer une évolution qui secouait déjà l'entreprise, relève également Dwight Davis, analyste chez Summit Strategies. "Le monde change autour de Microsoft. Les gens vont vers des applications hôtes (sur des serveurs) et non plus vers des logiciels déployés sur des machines personnelles", a-t-il noté sur CNET.com, un site consacré aux nouvelles technologies. "Microsoft a lutté avec cela au plan interne depuis plus d'un an, sachant que la transition était en cours", a-t-il ajouté. En redonnant à Bill Gates un rôle de "designer" en chef, il a pris acte de cette transition.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :