Libertysurf : Hausse de 29,7% à 53,15 euros au terme de sa première journée de cotation

 |  | 574 mots
Après avoir été momentanément réservée à la hausse, l'action du fournisseur d'accès gratuit à l'internet Liberty Surf a pu être cotée pour la première fois vers 9h30ce matin, au prix de 62 euros, soit une hausse de 51,2% par rapport à son cours d'introduction. Le titre a terminé la séance sur une hausse 29,63% à 53,15 euros après avoir touché un plus haut à 79 euros. 6,7 millions de titres ont été échangés, soit plus de 9% du capital. Pour lisser les fortes variations de l'action, ParisBourse a dû procéder à une réservation à la baisse du titre pendant un quart d'heure, avant de le réserver à la hausse. "Le titre ne se paie finalement pas très cher par rapport au marché gris, où il s'échangeait hier à 170 euros", a constaté Patrick Certner de la société de bourse Ferri (groupe ING). "Dans un contexte de forte correction des valeurs technologiques, les investisseurs ont un peu peur du marché, et l'on voit des mains un peu faibles ce matin sur le titre", a-t-il ajouté. Une source proche de Liberty Surf a reconnu jeudi matin la "nervosité du marché". Selon cette source, les investisseurs, qui se sont pressés pour acheter des titres dans le cadre du placement (qui a été souscrit environ 62 fois), ne sont cependant "pas prêts à payer n'importe quel prix". La priorité du groupe Liberty Surf, a-t-il indiqué, n'est pas d'avoir un scénario extrêmement spéculatif, mais de "créer une bonne structure d'actionnariat, composée d'investisseurs qui comprennent le plan de développement de Liberty Surf". Il a mis en garde contre les pics spéculatifs, qui se traduisent souvent par une rechute du titre dans les séances suivantes. "Il est important que Liberty Surf puisse se défaire des investisseurs spéculateurs pour rebalancer son actionnariat vers des investisseurs qui regardent les fondamentaux", a-t-il ajouté. Liberty Surf revendique une base de 600.000 clients. L'introduction en Bourse a pris la forme d'une stricte augmentation de capital. Concrètement, 10,988 millions d'actions ont été créées pour l'occasion, auxquelles se sont ajoutées 1,648 million d'actions supplémentaires, dans le cadre d'une option de surallocation.Les actionnaires actuels du fournisseur d'accès, le fonds personnel de Bernard Arnault, (Pdg de LVMH, propriétaire de La Tribune), Europ@web, et le groupe de distribution britannique Kingfisher, chacun propriétaire de 45 % du capital de la société, n'ont donc pas réaliser leur plus-value à l'occasion de cette opération. Plus qu'à un dégagement des actionnaires, l'opération répond à une logique de croissance externe, une stratégie que la trésorerie actuelle seule n'autorise pas. La valorisation élevée de Liberty Surf devrait faciliter à moindre coût les acquisitions par échanges de titres. L'entreprise entend ainsi pratiquer une " politique agressive d'acquisitions " pour devenir un " des acteurs incontournables dans cinq pays européens, la France, le Royaume-Uni, l'Espagne, l'Allemagne et l'Italie ", a précisé le pdg de Liberty Surf, Pierre Besnainou. Reste que le groupe n'en est pas à son coût d'essai. Il a successivement mis la main sur Nomade, premier moteur de recherche francophone, et le site de communauté RESpublica.fr, qui compte 125.000 internautes inscrits. La société a également constitué un pôle de télécommunication avec le rachat d'AXS Telecom, opérateur de télécommunications, et a pris une prise de participation majoritaire dans X-Stream, troisième fournisseur d'accès à l'internet en Grande Bretagne. En attendant la suite.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :