Bouygues Offshore acquiert 20% de Rosetti Marino Spa

 |  | 393 mots
Lecture 2 min.
Le groupe parapétrolier français Bouygues Offshore a pris une participation indirecte à hauteur de 20% dans la société italienne Rosetti Marino Spa. Le groupe n'a toutefois pas précisé le montant de cette opération mais la sociéé de Bourse Aurel Leven l'estime entre 10 et 15 millions d'euros. Rosetti Marino et Bouygues Offshore sont partenaires depuis 15 ans à travers Rosbos, une joint-venture à 50-50, "spécialisée dans la construction offshore bénéficiant du yard et des ateliers de Rosetti à Ravenne en Italie", précise Bouygues Offshore. "Cette prise de participation dans Rosetti Marino Spa s'inscrit dans la continuité de cet accord et vise à en assurer la pérennité", ajoute le groupe français. Rosetti Marino Spa est spécialisée dans la construction de plates-formes offshore, d'unités pré-assemblées, de modules de procédés et d'utilités offshore et onshore, et a réalisé un chiffre d'affaires de 567 millions de francs en 1999 (86,4 millions d'euros). Au premier semestre de l'exercice en cours, Bouygues Offshore a accusé un recul de près de 40% de son résultat d'exploitation qui s'est établit à 17 millions d'euros. Le groupe parapétrolier français pâtit toujours du contre-choc pétrolier de 1998. A l'époque, l'effondrement des cours du pétrole avait conduit les compagnies pétrolières, clientes des sociétés d'ingénierie parapétrolières comme Bouygues Offshore ou Technip, à contracter leurs investissements et geler les projets d'exploration de nouveaux gisements. Mais la hausse du prix du pétrole de ces derniers mois améliore nettement les perspectives des parapétrolières. Résultat: Bouygues Offshore a revu à la hausse son estimation de croissance du chiffre d'affaires sur l'ensemble de l'année et table désormais sur une progression de 11% par rapport à 1999. De plus, les contrats affluent de nouveau comme le contrat Blue Stream en Russie pour 300 millions d'euros ou celui de 81 millions d'euros pour la construction d'un terminal gazier à Bilbao en Espagne signé le 6 juillet dernier. Le groupe ne s'attend cependant à "une nette amélioration des résultats qu'à partir de l'exercice 2001." Si la sortie de la crise n'est pas encore reflétée dans les résultats du groupe, les investisseurs l'ont déja pris en compte. Le titre Bouygues Offshore a en effet progressé de près de 50% depuis le début de l'année. Mercredi le titre a gagné 1,78% à 57,1 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :