Coflexip se renforce dans la robotique sous-marine

 |  | 439 mots
Lecture 2 min.
Dans une conjoncture qui reste incertaine pour les groupes parapétroliers, Coflexip Stena Offshore a annoncé mercredi l'acquisition de Slingsby Engineering (SLE), une société britannique spécialisée dans la fabrication de robots sous-marins télécommandés. Coflexip renforce ainsi son pôle robotique, qui devrait représenter environ 10 % du chiffre d'affaires du groupe en 2000.Installée à Kirkbymoorside (York), en Angleterre, la société Slingsby Engineering a enregistré en 1999 un chiffre d'affaires de 11 millions de dollars, pour un effectif de près de 110 personnes. Les effectifs de la branche robotique de Coflexip atteindront donc 240 personnes pour un chiffre d'affaires global de 50 millions de dollars. La gamme actuelle des produits de SEL comprend des robots de travail utilisés dans le secteur pétrolier ou celui des télécommunications, ainsi que des composants, allant des bras manipulateurs aux outils spécialisés. SEL sera intégré au sein de la division robotique du groupe français qui comprend également Perry Tritech Inc (PTI), filiale de Coflexip depuis 1992. La division robotique mènera désormais ses opérations sous le nom de Perry Slingsby Systems et sera dirigée par Allen Leatt, Pdg de Perry Tritech, précise CSO dans un communiqué. Basée à Jupiter, en Floride, Perry Tritech est le leader mondial de la conception et la fabrication de robots télécommandés sous-marins et des équipements associés, notamment pour la mer ultra-profonde. A la clôture de la Bourse de Paris, le titre Coflexip gagnait 6,27 % à 125,4 euros, dans un marché il est vrai très porteur pour les valeurs pétrolières et parapétrolières en raison des tensions sur les prix du brut. Depuis le 1er janvier, CSO a enregistré une progression de 73,8 % de sa valorisation. Après une année 1999 extrêmement difficile pour les groupes parapétroliers, les investisseurs ont accueilli avec soulagement les premiers signes de reprise du marché. " Les compagnies pétrolières, notamment les majors, profitent de l'environnement actuel (faible activité pour les parapétroliers et prix bas) pour lancer le plus de projets avant que les prix des services parapétroliers ne remontent dans les prochains mois ", note la société d'investissement Aurel-Leven.M. Valentin, président de CSO, a d'ailleurs annoncé lors de l'assemblée générale tenue hier que le groupe répondait actuellement à de nombreux appels d'offre, notamment pour les grands projets en Afrique de l'Ouest et pour des contrats de longue durée. Sept nouveaux contrats intégrés devraient être lancés dans les 12 mois à venir dans cette région, représentant un marché potentiel d'un milliard de dollars pour Coflexip.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :