Paris se maintient au-dessus des 6.200 points à la mi-journée

 |   |  1016  mots
En hausse de 0,19% à 6.194,06 points dans les premiers échanges, la Bourse de Paris effectuait un passage quasi immédiat dans le rouge (à 6.150,85 points) avant d'opérer un renversement spectaculaire grâce au secteur des télécommunications. A 12h, l'indice parisien progresse de 1,24% à 6.258,89 points dans un marché animé par France Télécom. Les volumes traités sur le SRD s'élèvent à 1,560 milliard d'euros. Hier, la place parisienne a poursuivi sa reprise pour la troisième séance consécutive, progressant de 0,54% à 6.182,34 points. Dans ce contexte, les dernières données macro-économiques, jugées plutôt mauvaises, n'ont eu qu'un faible impact sur la tendance. Les dépenses de consommation des ménages en produits manufacturés en France ont fléchi pour le deuxième mois consécutif à 1,2% en septembre comparé à août. Poussés par l'envolée des cours du pétrole, les prix à la consommation ont augmenté de 0,6% sur cette période, portant leur croissance à 2,2% sur un an, au-dessus des 2% préconisée par la BCE. Même mouvement en Europe. Après un début de séance en demi-teinte dans le sillage du Nasdaq, Londres gagne 0,99% à 6.378,40 points à 11h07, Francfort 1,75% à 6.736,65 points, Amsterdam 0,95% à 669,28 points, Madrid 1,91% à 10.527,60 points.... Le regain de tensions au Proche-Orient, et ses répercussions sur les cours du pétrole, la défiance vis-à-vis de la monnaie européenne et la ralentissement de la croissance mondiale pourraient toutefois étouffer la reprise des marchés financiers de part et d'autre de l'Atlantique. A New York, le baril de référence a terminé en hausse de 81 cents à 33,76 dollars sur fond de spéculations concernant une hausse de la production d'OPEP. Ce soir seront publiés les chiffres sur les stocks américains de pétrole. En dépit de la tenue aujourd'hui de la réunion du G20 à Montréal, l'euro se maintient quelques fractions au-dessus de son plancher de 0,8330 dollar. A 10h, il se négociait à 0,8376/77 dollar. Les opérateurs demeurent l'arme au pied avant la publication, vendredi, des chiffres de la première estimation du PIB américain au 3ème trimestre. Le consensus mise sur un rythme de croissance de 3,4%, contre 5,6% au trimestre précédent. Aux Etats-Unis, Wall Street a marqué une pause lundi Après deux séances consécutives de hausse, les opérateurs ont opté pour des prises de bénéfice avant la publication d'indicateurs macro-économique en fin de semaine et de nombreux résultats sur les valeurs technologiques aujourd'hui (Nortel Networks ou Amazon.com). Au terme d'une séance irrégulière, le Nasdaq a reculé de 0,41% à 3.468,70 points. Quant au Dow Jones, il a fini sur un faible gain de 0,44% à 10.271,72 points, mené par Minnesota Mining &Manufacturing et Merck. Enfin, le Standard and Poor's 500 a terminé quasi inchangé à 1.395,78 points (-0,08%). Sur le marché obligataire, le rendement moyen sur les obligations du Trésor à 10 ans s'est détendu à 5,584% pour 5,629% vendredi soir, et celui de la ligne à 30 ans à 5,679% contre 5,726% à la veille du week-end. VALEURS DU JOUR A PARIS Cours vers 11h50 La Bourse parisienne est animée mardi par la publication de bons résultats trimestriels des entreprises et par la poursuite du rebond des valeurs technologiques, les télécoms en tête. De nouveau parmi les plus fortes hausses des titres éligibles au SRD, LIBERTY SURF poursuit sa reprise avec un bond de 14,76% à 17,59 euros. Depuis son plus bas à 9,81 euros la semaine dernière, le titre a repris plus de 79% en ligne droite. Par ailleurs, la société internet annonce le lancement d'un service sur le téléphone mobile qui fonctionnera avec les trois opérateurs mobiles français (France Télécom, SFR et Bouygues Telecom), qui devront reverser une partie des revenus liés au portail à Liberty Surf. Son concurrent, WANADOO, s'adjuge 4,28% à 15,12 euros et TRADER.COM 3,04% à 8,80 euros. Les valeurs télécoms sont très demandées, elles profitent d'un rebond sectoriel en Europe, aidé par la décision du gouvernement italien d'accepter le résultat des enchères écourtées pour les cinq licences UMTS du pays, bien qu'elles lui rapporteront nettement moins que prévu du fait du retrait surprise du sixième candidat en lice. Parmi les valeurs : ERICSSON s'adjuge 8,77% à 15,25 euros, FRANCE TELECOM poursuit sa reprise en gagnant 5,84% à 119,60 euros dans un fort volume (1,9 M d'actions), EQUANT prend pour sa part 4,60% à 39,54 euros, ALCATEL 3,03% à 78,30 euros dans 1,4 M de pièces, NOKIA 3,47% à 47,39 euros et BOUYGUES 4,53% à 56,50 euros. Le secteur des jeux électroniques est également bien entouré avec UBI SOFT ENTERTAINMENT qui prend 4,21% à 54,50 euros et INFOGRAMES ENTERTAINMENT 3,26% à 22,49 euros. DASSAULT SYSTEMS gagne 3,02% à 81,90 euros après la publication de bons résultats trimestriels. Un bénéfice net en hausse de 22% à 33 millions d'euros et un bénéfice d'exploitation de 51,4 millions, contre 43 millions auparavant. En revanche, certaines valeurs technologiques de premier rang font l'objet de prises de bénéfices à l'instar de leurs concurrents américains, notamment STMICROELECTRONICS qui perd 2,02% à 58,20 euros et CAP GEMINI qui cède 2,74% à 195,50 euros. THOMSON-CSF recule de 1,28% à 50 euros, GFI INFORMATIQUE de 1,62% à 35,91 euros. TOTALFINAELF, dont la pondération est repassée au-dessous de celle de France Télécom, gagne 0,80% à 175,40 euros, alors que le baril de Brent est reparti à la hausse lundi en fin de séance, en raison de l'accroissement des tensions au Proche-Orient. Le Brent se maintient au-dessus des 32 dollars ce matin. PEUGEOT avance de 1,34% à 211,50 euros, après la publication d'un chiffre d'affaires en hausse de 17,2% pour les neuf premiers mois 2000, une performance supérieure aux attentes de la plupart des analystes. PINAULT PRINTEMPS REDOUTE est également bien orientée après la publication d'un chiffre d'affaires neuf mois en hausse de 24,1% à 17,08 milliards d'euros, dont 7,2 milliards dans la branche grand public, contre 6,4 milliards auparavant, et 115,5 millions dans l'internet, contre 42,1 millions au cours des 9 premiers mois de 1999. Le titre avance de 0,60% à 201,20 euros. SUEZ LYONNAISE recule de 0,22% à 180 euros après avoir annoncé la cession de 3,73% du capital de Vinci, avec une plus-value de 50 millions d'euros. EADS cède 0,92% à 20,50 euros, alors que ses résultats semestriels sont attendus mercredi matin. Les analystes tablent sur des pertes allant de 280 à 350 millions d'euros, à l'exception de Lehman Brothers qui attend une perte de 516 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :