Etats-Unis : La confiance des consommateurs plonge en juin

 |  | 366 mots
Lecture 2 min.
Les consommateurs américains commenceraient-ils à redouter la fin du cycle d'expansion commencé au début des années 1990 ? C'est en tout cas ce que laisse entrevoir l'indice de confiance du mois de juin, publié par le Conference Board. Celui-ci a chuté de six points, et s'établit dorénavant à 138,8, contre 144,7 en mai. Les analystes tablaient certes sur une correction à la baisse de cet indicateur après sa forte hausse du mois de mai, mais ils n'avaient pas pensé qu'il repasserait sous la barre des 140.L'indice mesurant le degré de confiance des consommateurs quant à la situation présente de l'économie a baissé de 3,4 points comparativement à mai, et celui portant sur les attentes a plongé de 7,5 points, à 111,2. "Alors que les derniers indices signalent une décélération du rythme de la croissance au cours des prochains mois, les consommateurs américains n'attendent pas pour autant la fin de la forte expansion", a souligné Lynn Franco, responsable du centre de recherche sur la consommation du Conference Board. Mais les consommateurs sont également moins optimistes quant aux conditions futures de l'économie qu'ils ne l'étaient en mai, relève l'institut de conjoncture. La proportion des personnes interrogées prévoyant une détérioration de la conjoncture a augmenté en juin pour atteindre 6,2% contre 4,7% en mai. Les attentes concernant l'évolution des revenus "ont été aussi considérablement moins optimistes en juin" que le mois précédent avec seulement 23,8% des personnes interrogés prévoyant une augmentation de leurs revenus comparativement à 27,6% en mai. Le tassement de la confiance des consommateurs qui, en temps normal, aurait eu un impact négatif sur les marchés actions, a été bien accueilli par les investisseurs. Ceux-ci espèrent en effet que la chute de l'indice va inciter la Fed à la clémence. Alan Greenspan et ses collègues sont en effet réunis aujourd'hui et demain, pour décider d'une éventuelle modification de leur politique monétaire. En mai, les banquiers centraux américains avaient opté pour un relèvement de 50 points de base du taux de Fed Funds, et un nouvel enchérissement du coût du crédit serait de nature à déstabiliser les marchés financiers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :