Le point sur...la gestion collective

 |  | 604 mots
Le leader mondial d'équipements de connexion pour Internet, Cisco, a annoncé mardi ses résultats pour le quatrième trimestre de son exercice 2000. Le bénéfice pro forma avant exceptionnels est en hausse de 69% à 1,198 milliards de dollars. Toutefois si l'on considère les acquisitions de Cisco au cours du dernier trimestre ce chiffre est plus modeste.Assiste-t-on à un ralentissement du rythme de croissance du groupe? Quel est votre avis sur Cisco et quelles sont ses perspectives? Même si l'on corrige le résultat net des acquisitions récentes, la croissance du chiffre d'affaires est de 45% sur le dernier trimestre et les perspectives de croissance de Cisco restent supérieures à celles de son secteur, elles-même de l'ordre de 30 à 50%, ce qui est très important. C'est d'ailleurs le secteur dans lequel évolue la société, le secteur des communications de données, qui justifie de telles perspectives.Ces dernières sont d'autant plus intéressantes que Cisco est en train de sortir du secteur de la communication de données, qu'il domine largement, évalué à 40 milliards de dollars, et pénètre sur celui des équipements de téléphonie, cinq à six fois plus important en valeur.La seule difficulté pour Cisco sera de s'imposer dans les relations avec les clients de ce secteur sur lequel Lucent, Nortel ou Alcatel sont prédominants. Mais si Cisco fait preuve d'une supériorité technologique il pourra tout à fait s'imposer.La correction sur les valeurs technologiques qui a provoqué un repli de près de 40% du Nasdaq entre le plus haut du 10 mars et le plus bas du 25 mai vous a-t-elle incité à modifier votre stratégie de gestion du fonds Globaltech US? Quel profil revêt-il à l'heure actuelle?Non la stratégie n'a pas été modifiée. Notre approche reste une approche sectorielle autour de thèmes porteurs dont les deux principaux sont la construction du réseau de communication pour la transmission de données vidéos et le développement du "business-to-business".L'essentiel du portefeuille concerne la construction du réseau de communication et en particulier le déblocage des goulots d'étranglement de l'Internet avec des valeurs comme Cisco bien sûr mais également comme Copper Mountain Network ou Extreme Network. Par ailleurs, nous considérons que le secteur du B2B a de l'avenir et que la correction sur ce secteur a été exagérée. Des sociétés comme Vertical Net et Free Market sont donc représentées dans le portefeuille.Par contre, nous sommes plus en retrait sur le secteur du "wireless" par crainte d'un fort ralentissement du taux de croissance dans les deux ans à venir. Les titres des équipementiers télécoms ou même des semi-conducteurs dont les équipementiers sont clients peuvent encore souffrir en bourse. Ce secteur reste toutefois un secteur d'avenir, les terminaux de troisième génération offrent en particulier de très bonnes perspectives.Si l'on considère la performance de Globaltech US, celle-ci est en recul de 16,12% sur les six derniers mois de l'année. Quelles sont vos prévisions sur l'ensemble de l'année?Bien sûr aujourd'hui, la performance de Globaltech US est négative mais il faut relativiser ces chiffres. Au moment le plus critique de la correction du Nasdaq sur les valeurs "techno" ce recul était de près de 40% du plus haut au plus bas. D'ailleurs le recul n'est plus aujourd'hui que de 6% depuis le début de l'année.Pour l'ensemble de l'année 2000, nous tablons sur une progression de l'ordre de 25%, ce qui est le return annuel envisageable pour ce type de fonds.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :