Le point sur ... les valeurs du CAC 40

 |  | 518 mots
Lecture 2 min.
TF1 va faire son entrée dans le CAC 40 d'ici quelques jours à la place de Legrand. Trouvez-vous normal cette tendance à sur-représenter la " nouvelle économie " dans les indices boursiers ? Avant l'entrée de TF1 dans le CAC 40, les valeurs de la " nouvelle économie " représentaient entre 40 et 45% du poids de l'indice. L'arrivée de TF1 ne va pas changer grand chose, mais elle est surtout symbolique. Certes, le CAC 40 n'est pas représentatif de l'économie actuelle : 40 à 45% du PIB n'est pas généré aujourd'hui par les nouvelles technologies. Mais ce sera peut être le cas d'ici quelques années. De la même façon qu'un cours de bourse reflète les anticipations des bénéfices futurs, un indice boursier anticipe un virage que prendra l'économie. L'essentiel des nouveaux emplois créés aujourd'hui aux Etats Unis sont liés aux secteurs de la nouvelle économie. D'autre part, il ne faut pas oublier qu'il existe une concurrence acharnée entre les places boursières européennes qui cherchent donc à dynamiser leurs indices. Et, si le CAC 40 performe mieux depuis 2 ou 3 ans que le DAX, c'est parce qu'il a su adopter très tôt un biais technologique. Les titres de " l'ancienne économie " ont joué ces derniers temps leur rôle de valeurs refuges, suite au plongeon des technologiques. Pensez-vous qu'elle puisse continuer à jouer ce rôle même en cas de coup dur sur le Nasdaq ? La récente correction des technologiques a prouvé une chose : les Etats-Unis restent le marché directeur mondial, et, désormais, l'indice qui dirige les Bourses mondiales est le Nasdaq. Je pense que si l'indice des valeurs de croissance américaines chute fortement, cela affectera toutes les valeurs. Celles de " l'ancienne économie " qui ont perdu 30% depuis le début de l'année seront moins touchées que les technologiques pures, mais elles ne feront au mieux que surperformer l'indice. D'ailleurs, au cours de ces dernières séances, les valeurs de " l'ancienne économie " n'ont pas grimpé en flèche : elles ont pris au maximum 3 ou 4%. Simplement, aujourd'hui, en se positionnant sur des valeurs de " l'ancienne économie ", les investisseurs achètent un " parachute " à la baisse. Comment avez-vous géré la crise de ces derniers jours ? Dans notre Sicav Etoile SM, qui est investie en small caps françaises, nous nous sommes fortement allégé en valeurs du nouveau marché début mars. Seulement 10% du fonds est désormais investi sur ces valeurs. Et je considère qu'il n'y a pas d'urgence à revenir maintenant sur ce marché : il est très difficile de gérer des séances où l'indice perd 8% puis regagne 5% le lendemain. Sur les Sicav investies en valeurs du règlement mensuel, nous nous sommes allégé en valeurs technologiques comme Vivendi ou Alcatel, au profit de certains titres comme Lafarge. Il s'agit d'une stratégie défensive à court terme. Car sur une plus longue période, il me semble évident qu'il faut acheter des valeurs de croissance. Il vaut mieux acheter de la croissance des bénéfices plutôt que leur cyclicité dans une optique d'investissement à long terme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :