Le point sur ... les valeurs du CAC 40

L'indice vedette de la bourse de Paris a inscrit deux nouveaux records, vendredi et lundi dernier. A quoi attribuez vous cette bonne performance du marché français et quelles sont vos perspectives pour les prochaines semaines ?" La forte progression de l'indice au cours des dernières séances me semble essentiellement due à un afflux de liquidités sur le marché boursier. Les gérants, qui avaient ralenti leurs achats en prévision d'une possible correction estivale, reviennent aujourd'hui sur le marché, poussant les cours vers le haut. La liquidité de leurs portefeuilles s'est d'ailleurs accru au cours des dernières semaines en raison du rythme toujours soutenu des souscriptions de parts d'OPCVM actions par les particuliers. " Les investisseurs tirent également les conséquences des résultats semestriels positifs publiés, dans l'ensemble, par les valeurs du CAC 40. La nouvelle détente observée depuis quelques jours sur les taux longs - à mesure que se confirme le scénario de l'atterrissage en douceur de l'économie américaine - est un autre facteur de soutien aux marchés actions. " Cette bonne tenue de la place de Paris cache toutefois une modification assez sensible de la thématique de marché. Les investisseurs semblent progressivement abandonner la logique sectorielle qui a prévalu de façon quasiment ininterrompue depuis le début de l'année, au profit d'une gestion plus diversifiée. " Globalement, je pense que les problématiques de flux de capitaux vont continuer de jouer en faveur d'une progression de l'indice dans les prochaines semaines, ce qui pourrait l'amener jusqu'aux 7.200 points. "Que pensez-vous du rebond spectaculaire du secteur des télécommunications ?" Les opérateurs de télécommunications présents dans l'indice CAC 40 ont effectivement été les vedettes des dernières séances boursières. Ils ne s'agit toutefois pas de véhicules boursiers strictement comparables. " France Télécom est entré dans une phase de rattrapage technique, compensant en partie la correction liée à la modification des règles de pondération de l'indice EuroStoxx 50 [NDLR : les nouvelles règles prévoient une pondération dépendant du flottant des sociétés, et non plus de leur capitalisation totale ; France Télécom, qui reste majoritairement détenu par l'Etat français, verra donc sa part dans l'indice sensiblement réduite]. L'opérateur historique reste toutefois confronté au problème du financement des licences UMTS, tout comme ses grands concurrents européens (Vodafone, Deutsche Telekom, KPN, Telefonica). " Vivendi et Bouygues, par contre, n'ont pas vocation à devenir des acteurs pan-européens dans la téléphonie mobile de troisième génération. Le coût d'acquisition des licences restera donc limité pour ces deux groupes, d'autant plus que le gouvernement français a opté pour la procédure du concours de beauté. D'autre part, le nombre des opérateurs UMTS sera limité à quatre en France, contre six en Allemagne et cinq au Royaume-Uni, ce qui veut dire que les parts de marché de Vivendi et Bouygues seront probablement supérieures. Dans ces conditions, nous sommes positifs sur ces deux valeurs, malgré le rebond qu'elles ont connu au cours des dernières séances. " Nous pensons enfin qu'Equant a été excessivement matraqué par le marché à la suite de la publication de ses résultats pour le 1er trimestre 2000. Les investisseurs n'ont pas suffisamment pris en compte les semestriels, qui étaient plutôt rassurants pour le groupe. La valeur conserve en outre un potentiel spéculatif non négligeable. Ceci dit, à près de 55 euros, il a déjà rebondi de plus de 40% par rapport à ses plus bas ... "Quelles sont actuellement vos valeurs préférées dans l'indice ?" En dehors de Bouygues et de Vivendi, qui disposent encore d'un bon potentiel de progression, la sélection des valeurs est rendue plus ardue par le rebond du secteur TMT lors des dernières séances et par l'absence de thématique univoque de marché. " Parmi les technologiques, Cap Gemini devrait rester bien orienté à mesure que se confirmera l'accélération de la demande de services informatiques après un premier semestre extrêmement décevant. La valeur pourrait également tirer parti de l'approche du passage à l'euro, qui devrait relancer les investissements informatiques des entreprises. " Parmi les traditionnelles, Valéo pourrait enfin retrouver l'intérêt des investisseurs après un parcours boursier extrêmement difficile depuis le début de l'année. " Pour jouer ces deux valeurs, il me semble toutefois préférable d'opter pour le titre CGIP, holding qui détient une participation dans les deux groupes, qui est lourdement décoté ".
En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.