Le point sur ... la gestion collective

 |  | 504 mots
Lecture 2 min.
La correction des marchés actions se traduit-elle par un regain d'intérêt des investisseurs pour les obligations convertibles ?Les obligations convertibles jouent pleinement, dans le contexte actuel, leur fonction d'alternative à l'hypersensibilité des marchés actions. De plus, la performance de ces placements est sensiblement supérieure à celle des indices de référence depuis le début de l'année. Notre fonds affiche par exemple une progression de 6%, alors que le CAC 40 est revenu à l'équilibre et que l'indice SBF 120 est dans le rouge depuis le 1er janvier. Une performance qui a toutefois été obtenue au prix d'un accroissement de la volatilité de la Sicav. Celle-ci s'établit à 12,74% sur un an, un niveau sensiblement supérieur à la volatilité de notre fonds depuis sa création. Une évolution d'abord due à l'amplitude des mouvements sur les marchés de sous-jacents, mais également à une politique d'investissement audacieuse, notamment sur les obligations émises par les sociétés de petites et moyennes capitalisations. Ce phénomène de volatilité nous a ainsi encouragé à créer un nouveau fonds visant à exploiter l'aspect défensif des convertibles, appelé Cyril Convertibles Taux.Le programme des émissions d'obligations convertibles devrait être chargé d'ici la fin de l'année. Quels types de papiers recherchez-vous ?Le niveau de liquidité élevé de notre fonds nous laisse une grande marge de manœuvre pour saisir les meilleures émissions à venir. Nous recherchons avant tout des supports mixtes, dont la sensibilité aux taux et aux sous-jacents est équilibrée. Nous privilégions également des émetteurs de grande qualité dans un contexte de dégradation des « spread » de taux. A ce titre, les obligations Allianz échangeables en titres Siemens présentent un profil de risque intéressant. Nous examinerons également avec la plus grande attention les OC qui ne manqueront pas d'être émises par les opérateurs télécoms pour financer leurs investissements UMTS. Si nous sous-pondérons globalement le secteur, son statut boursier dégradé favorisera probablement des conditions d'émission généreuses.Restez-vous positionné sur les obligations convertibles émises par des sociétés de petites et moyennes capitalisation ?Nous nous sommes en partie dégagés de ce secteur au printemps, quand l'envolée des cours a fait de ces obligations convertibles des « quasi actions ». Il reste aujourd'hui quelques obligations convertibles de ce type ayant un profil de risque intéressant. L'obligation LVL Medical, tout d'abord, conserve un profil de risque équilibré. La société, dont les perspectives de croissance ne sont pas remises en cause, a de plus présenté une très bonne résistance à la récente correction. A titre plus spéculatif, l'OC Infogrames constitue un bon placement. Le titre a essuyé de plein fouet les problèmes liés à la transition vers une nouvelle génération de consoles, mais les perspectives sont excellentes pour 2001 et 2002 . Aux conditions actuelles - un rendement de 6,5% et une prime de 60% par rapport au titre -, il s'agit d'une très bonne opportunité d'investissement dans une optique de moyen terme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :