Le point sur ... la gestion collective

Le baril de brut, malgré une légère détente, reste à des niveaux supérieurs à 30 dollars. Cette situation va-t-elle se poursuivre ?Les niveaux actuels ne sont pas soutenables. Ils reflètent les anticipations quelque peu alarmistes des marchés à terme. C'est pourquoi nous pensons que le pétrole va continuer de se détendre, jusqu'à revenir aux alentours de 25 dollars le baril d'ici la fin du premier semestre 2001. Remarquons toutefois que les excès commis pas les investisseurs sur les cours du pétrole ne se sont pas retrouvés dans l'évolution des niveaux de valorisation des compagnies pétrolières. Sur les marchés actions, les anticipations des analystes sont restées beaucoup plus raisonnables, ce qui a évité les flambées spéculatives.Quelle est la situation des autres marchés sur lesquels vous êtes investis ?Les mines d'or sont la deuxième catégorie d'actifs sur lesquels nous sommes investis. Elles représentent 24 à 25% de l'encours du fonds, contre 56% pour l'énergie. Nous n'attendons pas de modification sensible des fondamentaux de ce marché, et l'once d'or devrait donc continuer de fluctuer entre 270 et 310 dollars. La demande, en hausse jusqu'au 1er trimestre 2000, a ensuite été affectée par l'appréciation du dollar, qui s'est traduite par un enchérissement du prix de l'or, notamment pour les acheteurs asiatiques. Conséquence, les ventes ont progressivement décéléré. La vente des stocks d'or des banques centrales continue également de peser sur les cours, et nous n'attendons donc pas de reprise sensible du marché à moyen terme. Le secteur des métaux représente enfin 15 à 16% de notre actif. Nous sommes essentiellement investis sur l'aluminium, un marché qui présente de bons fondamentaux avec une demande soutenue et une offre qui progresse à un rythme raisonnable.Dans le secteur énergétique, quelles sont vos valeurs préférées ?Les grandes compagnies pétrolières, qui se sont engagées dans d'importants programmes de restructuration, sont les plus intéressantes. Elles bénéficient en amont de la bonne tenue des prix pétroliers, et en aval de l'amélioration des marges de raffinage. Parmi ces compagnies, se trouve notamment le français TotalFinaElf, mais aussi les groupes Royal Dutch, ExxonMobil ou British Petroleum. Nous sommes par contre plus prudents à l'égard des sociétés de services pétroliers, dont les niveaux de valorisation sont aujourd'hui excessivement corrélés aux cours du brut.Quelles sont les performances du fonds depuis le début de l'année ?Energia affiche une progression de près de 15% par rapport au 30 décembre 1999. Cette appréciation reflète principalement la bonne tenue des valeurs pétrolières, mais également l'effet de l'appréciation du dollar par rapport à l'euro. La plupart des sociétés de notre portefeuille sont en effet cotées en dollars et une hausse du billet vert se traduit donc par une progression de l'en-cours de notre fonds en euros. Gardons à l'esprit que les marchés de l'énergie, de l'or ou des métaux sont extrêmement volatils et que les performances du fonds peuvent fortement varier sur des périodes de temps réduites. Le plupart des souscripteurs d'Energia investissent d'ailleurs sur le long terme, une manière d'éviter les mauvaises surprises.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.