Le point sur...la stratégie d'investissement

Les derniers chiffres américains qui ont fait état d'une progression de 0,2% de l'indice des prix à la consommation pour le mois de juillet, corroborent les anticipations des investisseurs sur le statu quo sur les taux directeurs à l'occasion de la réunion de la FED le 22 août prochain.Sur le marché des changes, ce statu quo constitue notamment une bonne nouvelle pour l'euro qui a initié une petite remontée face au dollar. Cette reprise de la devise européenne face au dollar va-t-elle se poursuivre selon vous?"La remontée de l'euro face au dollar depuis le 11 août dernier doit plutôt s'interpréter comme un effet mécanique. L'euro a en effet touché un point bas à 0,897 dollars, le 9 juillet dernier, provoquant un retour de certins investisseurs sur la devise européenne. Et ce, d'autant plus que les craintes persistent au niveau des taux courts qui sont extrêmement tendus actuellement." "Par ailleurs, si le statu quo sur les taux d'intérêt américains est désormais acquis pour la réunion du 22 août, rien n'est moins sûr pour les prochaines réunions de la FED de la rentrée, surtout celle du 15 novembre qui suit les élections présidentielles. En effet, si la hausse des prix à la consommation a été modérée en juillet, tel n'est pas le cas des prix des services dont la hausse s'accélère.En juillet les prix des services se sont accrus de 3,5% contre 3,4% en juin, 3% en mai et 2,9% en avril. Or les prix des services représentent 58% du CPI (indice des prix à la consommation). Le risque inflationiste n'est donc pas du tout écarté aux Etats-Unis."Certains experts des marchés boursiers pensent qu'à la faveur d'une stabilité des taux, les valeurs technologiques pourraient opérer un rebond. Partagez-vous cet avis?"Non je ne crois plus à un rallye sur les valeurs technologiques comme cela a pu être le cas en 1999. L'indice Nasdaq est particulièrement volatil actuellement, les "techno" rebondissent mal aux Etats-Unis.Par ailleurs, les investisseurs sont devenus beaucoup plus sélectifs et prennent davantage en compte les indicateurs micro-économiques. Il n' y a qu'à considérer le sort réservé à Nokia en bourse, à la suite du profit warning pour le troisième trimestre émis par la société le 27 juillet dernier, pour comprendre à quel point les investisseurs sont nerveux au sujet des valeurs technologiques." Le sondage mensuel réalisé par Merril Lynch et Gallup auprès des gérants européens montre que 74% d'entre eux contre 67% en juillet considèrent que les marchés boursiers devraient progresser. D'autre part, près de la moitié considèrent que les valeurs financières devraient mener cette hausse. Partagez-vous cet avis? Quel secteur plébiscitez-vous actuellement?"Nous sommes devenus plus prudents sur ces valeurs, considérant que le mouvement haussier a déja eu lieu et d'autant plus que les taux courts de la zone euro se tendent et augmentent le coût du crédit.Le secteur des utilités (eau, énergie...) et celui des biens de consommation dans la zone euro sont les secteurs que nous recommandons aujourd'hui avec des valeurs comme Thomson Multimédia par exemple. Les valeurs foncières sont également intéressantes mais d'une manière générale il est difficile actuellement de dégager une tendance claire sur les marchés européens.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.