Le point sur ... la stratégie d’investissement

 |  | 635 mots
Comment expliquez vous le manque de tendance actuel sur les marchés actions européens ?« Deux facteurs expliquent la prudence actuelle des investisseurs. L'incertitude subsiste tout d'abord sur la forme que prendra le ralentissement de l'économie américaine. Se dirige-t-on vers un « hard landing » ou vers un atterrissage en douceur ? Les indicateurs publiés depuis une dizaine de jours nous incitent à penser que la seconde hypothèse est la plus probable, mais le spectre d'une récession américaine continue de peser sur les marchés actions. « Deuxième élément d'explication du manque de tendance des marchés actions, les investisseurs continuent de digérer la forte correction des cours vécue en mars/avril dans le secteur des TMT. Certains particuliers ont essuyé des moins-values considérables et restent traumatisés par ce mini-krach. Dans ces conditions, le marché est plus attentif aux mauvaises nouvelles, qu'aux bonnes. « Notre comité d'allocation d'actifs devrait toutefois relever, dès la semaine prochaine, la pondération des actions dans notre portefeuille type, passant de « sous-pondérer » à « neutre/positif ». Plusieurs raisons à cela. Nous pensons tout d'abord que l'économie américaine va connaître un atterrissage en douceur. Le niveau de cash des gérants reste ensuite très élevé. Nous anticipons enfin de bons résultats financiers des entreprises européennes et américaines. »Comment expliquez vous l'accueil réservé des investisseurs aux dernières introductions en bourse ? Est-ce la conséquence d'un assèchement des liquidités sur les marchés actions ?« Un certain épuisement des liquidités ne peut être exclu après un premier semestre record en matière d'introductions en bourse. Remarquons toutefois que les bons dossiers continuent de trouver preneur. « D'autres facteurs sont donc en cause dans les difficultés rencontrés par des sociétés comme EADS ou Vivendi Environnement pour se faire une place sur le marché boursier. Dans le cas de la filiale eau/énergie/transport du groupe Vivendi, plusieurs facteurs d'inquiétude entrent en ligne de compte. Il s'agit tout d'abord d'une société fortement endettée, qui risque d'éprouver des difficultés dans la poursuite de sa stratégie de croissance externe. Il existe ensuite beaucoup d'incertitudes sur la performance boursière de la valeur, tout au moins à court-terme. « La principale explication réside peut-être dans la stratégie d'attente des investisseurs. La confirmation d'un atterrissage en douceur de l'économie américaine les inciterait à se repositionner sur les valeurs de croissance, qui tireraient alors mieux leur épingle du jeu que les cycliques. Dans ce contexte, les sociétés de services collectifs ne sont pas les mieux placées ... »Quelles sont actuellement les catégories d'actifs et les zones géographiques que vous sur-pondérez ?« Comme je vous le disais précédemment, nous nous apprêtons à relever la pondération des actions dans notre portefeuille. Pour ce faire, nous allons réduire la part du cash, qui avait été gonflée pour tenir compte des difficultés des marchés actions. Nous restons par contre neutres sur les obligations, avec une préférence pour les titres à court-terme par crainte d'éventuelles tensions inflationnistes. « En termes géographiques, nous restons très sur-pondérés sur les places européennes, notamment en raison de l'origine géographique de nos clients à qui nous ne pouvons pas faire courir un risque de change trop important. Il est toutefois intéressant de constater que les valeurs technologiques du Nasdaq sont probablement meilleur marché aujourd'hui que leurs homologues européennes du Neuer Markt allemand ou du Nouveau marché français. « Nous sommes enfin légèrement sur-pondérés sur le marché japonais, à l'affût de décisions politiques qui pourraient relancer la machine économique, et fortement sous-pondérés sur les marchés émergents. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :