Le point sur ... les small caps

 |  | 637 mots
Lecture 3 min.
La baisse des indices Small Caps depuis la mi-mars doit-elle uniquement être attribuée aux valeurs du secteur des technologies/médias/télécoms ?La dissociation qui est souvent faite entre valeurs TMT et valeurs traditionnelles est un peu trompeuse. De nombreuses sociétés de l'ancienne économie proposent aujourd'hui des services basés sur l'utilisation des nouvelles technologies. Galeries Lafayette, avec sa filiale E-Laser, se trouve par exemple à l'intersection de ces deux mondes. Cette remarque étant faite, il est clair que les valeurs TMT ont plus souffert de la dernière correction que les valeurs plus traditionnelles. Il suffit, pour le constater, de comparer les performances des Nouveau et Second marchés de la Bourse de Paris. Le premier, fortement lesté en valeurs TMT, a perdu 45 % de sa valeur depuis son sommet du 10 mars. L'indice SBF Second marché, qui est plus tourné vers l'ancienne économie, affiche un recul de seulement 8.22 % par rapport à son record. L'indice européen HSBC Euro Small Caps, qui réunit des valeurs de l'ensemble de la zone euro, s'est quant à lui replié de 11 %. Depuis le début de l'année, cependant, la comparaison est à l'avantage des valeurs de la nouvelle économie. Le Nouveau marché a gagné 38.62 %, contre 16.65 % pour le Second Marché.Restez vous confiant dans les perspectives des Small caps ? Quelles valeurs privilégiez vous ?Les perspectives des Small Caps restent prometteuses. Certaines petites valeurs deviendront les Vodaphone ou Cap Gemini de demain. Il y a sept ans, très peu de gens connaissaient Nokia ; c'est aujourd'hui la première société européenne en termes de capitalisation. De plus, l'accès aux marchés des capitaux est devenu beaucoup plus aisé pour les petites et moyennes sociétés depuis 1997. L'ouverture du Neuer Markt (équivalent allemand du Nouveau marché) a été l'élément moteur de cette ouverture des marchés. Le financement n'est donc plus une contrainte aux projets de développement des Small Caps. Toutes les valeurs des marchés Small Caps n'ont cependant pas vocation à devenir des acteurs majeurs des marchés financiers de demain. Je pense que seules 10 % d'entre elles y parviendront. Les autres seront soit rachetées, soit délaissées par les investisseurs. Certaines perdront même la quasi-totalité de leur valorisation. C'est pourquoi je privilégie les valeurs ayant le meilleur potentiel de croissance. Dans le secteur des TMT, une société comme Transiciel (services informatiques) me paraît un bon choix. Avec un taux de croissance du résultat net de 50 % par an au cours des quatre derniers exercices et un PER 2001 de 35 fois les bénéfices, la valorisation de ce titre me paraît tout à fait justifiée. Dans l'ancienne économie, je suis positionné sur des valeurs comme Pinguely-Hauliotte (nacelles pour élévateurs), Trigano (camping-cars) ou April (assurances), qui ont un taux de croissance de leur chiffre d'affaires très élevé.Quelle est la composition géographique et sectorielle de votre fonds ? L'avez vous modifiée à la suite de la correction des valeurs technologiques ?60 % du fonds est placé sur des titres français. Les 40 % restants concernent des actions émises dans d'autres pays européens, particulièrement en Hollande et en Scandinavie. Je suis faiblement positionné sur les marchés méditerranéens, car le nombre de Small Caps qui y sont cotées est peu important. Habituellement, j'évite de pratiquer la rotation sectorielle. Cependant, en février, la pondération des valeurs TMT était devenue largement supérieure à nos objectifs, en raison de l'explosion des cours. J'ai donc été obligé de vendre certains des titres de la Nouvelle économie qui étaient présents dans le fonds. Je n'ai par contre pas modifié la répartition sectorielle depuis le début de la correction. Aujourd'hui, les valeurs TMT ont une pondération légèrement inférieure à 50 % de la SICAV.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :