Le point sur...les warrants

 |  | 520 mots
Dans le contexte actuel de faible volatilité, quelle stratégie les investisseurs mettent-ils en oeuvre sur le marché des warrants et quelles répercussions observez-vous au niveau des volumes négociés?Le CAC 40 n'a pas véritablement évolué depuis deux ou trois mois et nous nous retrouvons face à un marché sans tendance. Les volumes quant à eux stagnent voire baissent. Chez BNP-Paribas, nous nous situons légèrement en deça de notre volume moyen mensuel de 250 millions d'euros de primes négociées.Néanmoins sur le CAC 40, les investisseurs mettent en oeuvre des stratégies de couverture en achetant des put. Y-a-t-il eu un impact de la nouvelle pondération de l'indice EuroStoxx sur les warrants que vous suivez?Effectivement, certaines valeurs comme France Télécom ou PPR ont subi de plein fouet la nouvelle pondération de l'indice EuroStoxx.Cette nouvelle pondération prends désormais en compte uniquement le flottant et non plus la capitalisation totale des sociétés. Lors de l'annonce de la re-pondération le 4 juillet dernier, le titre France Telecom abandonnait aussitôt 5,04%. En effet, vu la participation de l'Etat français au sein du capital de la société, le flottant de France Telecom ne représente que 32% de sa capitalisation totale. L'opérateur pourrait voir sa pondération dans l'indice Euro Stoxx 50 passer de 5,4 à 2,6% d'ici deux mois.Sur le marché des warrants, la baisse du cours de l'action France Telecom s'est évidemment traduite par une augmentation d'achats de call.Sur quels secteurs d'activité se concentrent les achats de warrants? Quelles sont les valeurs figurant au palmarès de BNP-Paribas?Les secteurs les plus actifs sont le secteur des valeurs pétrolières, secteur très volatil, et dans une moindre mesure le secteur des valeurs bancaires. Concernant les valeurs TMT, nous avons plutôt tendance à les sous pondérer.La valeur phare reste Vivendi dont la volatilité est évidemment très attractive pour les investisseurs. De la mi-mars à la mi-avril par exemple, l'action Vivendi a abandonné 50% jusqu'à 100 euros. Le 20 juin dernier, l'action enregistrait un plus bas de 88 euros avant de remonter à 90 euros.Infogrames a également retenu l'attention des investisseurs du fait de la volatilité de son cours due à l'actualité. Entre le début mars et la fin mai, le titre Infogrammes a chuté de plus de 50%. Lorsqu'en début de semaine dernière des rumeurs ont évoqué le rachat possible de l'éditeur de jeux britannique Eidos, la valeur Infogrames cédait 3% alors qu'elle avait déja chuté de 8% une semaine plus tôt dans l'attente des résultats financiers de sa filiale américaine GT Interactive.Enfin, comme je l'évoquais précédemment, nous avons également observé un certain volume de transaction sur le CAC 40 mais il s'agit de put principalement.Comment envisagez-vous l'été?Contrairement à certaines années, nous ne nous attendons pas du tout à un mouvement de prise de bénéfices. L'heure est plutôt à l'attentisme, la majorité des investisseurs attendant les résultats semestriels des sociétés, notamment dans le secteur de la netéconomie, avant de redéfinir leur stratégie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :