Premiers pas boursiers difficiles pour la banque en ligne italienne ONBanca

 |  | 381 mots
Lecture 2 min.
La banque en ligne ONBanca, filiale de la banque régionale coopérative Banca Populare Commercio e Industria (BPCI), a fait ses premiers pas avec difficulté sur le Nuovo mercato, le marché des valeurs de croissance de la bourse de Milan. En légère hausse dans les tous premiers échanges vendredi, le titre avait clôturé à 193,60 euros, en recul de 0,7% sur son cours d'introduction. Lundi matin, il baissait de nouveau, perdant 1,8% en fin de matinée à 190,10 euros. Lors de son introduction, la banque virtuelle avait cédé 20 % de son capital, soit 516 450 actions. La fourchette d'introduction était comprise entre 175 et 232 euros ; le prix de vente final a donc été fixé légèrement en dessous du milieu de cette fourchette. Au final, la société a levé près de 100 millions d'euros. A 190,10 euros, elle est valorisée à 491 millions d'euros. A l'issue de l'opération, ONBanca est détenue à 48,1% par BPCI (contre 62,5% avant l'introduction), à 16,2% par le courtier allemand ConSors et à 3,8% par l'assureur français Axa. ONbanca revendique 10 000 comptes en ligne, tandis que BPCI compte environ 350 000 clients. Le 22 mai dernier, BPCI s'était associé avec ConSors pour créer une joint-venture spécialisée dans le courtage en ligne, détenue à 60 % par ConSors, à 35 % par la banque italienne et à 4 % par ONbanca. L'introduction de ONBanca est la deuxième opération de ce type en Italie concernant une banque virtuelle, après celle de Bipop-Carire. Bibop-Carire avait annoncé début juillet les modalités de sa double cotation en France et en Allemagne, au terme de laquelle la Banque Harwanne, rachetée en début d'année, sera rebaptisée Banque Bipop, et sera cotée à la Bourse de Paris. De son côté, i-Bourse sera déclinée sous la marque Fineco Online, laquelle regroupe déjà en Italie les services financiers en ligne du groupe italien.L'entrée peu convaincante sur le marché de ONBanca intervient un mois après celle de la banque en ligne britannique Egg, filiale de Prudential, sur le London Stock Exchange. Introduit à 160 pence le 12 juin après que l'offre avait été souscrite neuf fois, le cours de Egg était retombé début juillet sous son cours d'introduction. Lundi matin, le titre valait 112,5 pence et accusait donc une chute de près de 30% sur son prix de vente.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :