Deutsche Telekom : bénéfice net semestriel en baisse de 28,4%

Deutsche Telekom a annoncé mardi avoir légèrement revu à la baisse son bénéfice net avant effets exceptionnels du premier semestre à 681 millions d'euros, en baisse de 28,4% par rapport à la même période de l'an dernier, selon des chiffres définitifs diffusés mardi par le groupe. Le 27 juillet, Deutsche Telekom avait annoncé un bénéfice net provisoire avant effets exceptionnels de 700 millions d'euros. Après effets exceptionnels, le bénéfice net a été multiplié par 3,5 à 4,3 milliards d'euros, a indiqué le président du groupe Ron Sommer lors d'une conférence de presse à Bonn. Quant au chiffre d'affaires, sans ajustements, il a progressé de 14,6% à 19,213 milliards d'euros, selon le chiffre définitif, quasi-semblable au chiffre provisoire (19,3 milliards d'euros) publié fin juillet. Cette hausse est notamment attribuable à l'intégration du britannique One2One et des français Club-Internet et Siris. A périmètre comparable, le chiffre d'affaires a progressé de 6%, a indiqué Ron Sommer. Le groupe souligne que la part du chiffre d'affaires réalisé à l'international a pratiquement doublée au premier semestre, atteignant 17% de l'activité totale, contre 9% sur les six premiers mois de 1999. Le chiffre d'affaires de la branche lmobile a lui aussi doublé, pour atteindre 4,1 milliards d'euros, tandis que celui de T-Online, la filiale internet du groupe, progressait de 59% à 325 millions d'euros.Pour l'ensemble de l'année 2000, Deutsche Telekom table sur un chiffre d'affaires de 40 milliards d'euros, contre 35,5 milliards l'an dernier. T-Mobil devrait par ailleurs afficher une perte consolidée au terme de l'exercice, en raison de l'achat de plusieurs licences UMTS. Pour la même raison, le groupe s'attend à un abaissement de sa notation financière par les agences spécialisées Moody's et Standard & Poor's. A la Bourse de Francfort, l'action Deutsche Telekom abandonnait 0,31% mardi en fin d'après-midi, à 44,71 euros. Le titre avait gagné 1,14% lundi après l'annonce du rachat de l'opérateur mobile américain Powertel pour 5,89 milliards de dollars en actions, auxquels s'ajoutent 1,2 milliards de dollars de reprise de dettes.