« Seb touchera les fruits de ses efforts »

 |   |  391  mots
La Tribune - Où en est l'industrie du petit électroménager ?Stéphanie Lefebvre - Les acteurs du petit électroménager se sont maintenant relevés de la crise de la fin des années 90. Ils ont bénéficié de la sensible reprise de la consommation en Europe. Toutefois au moment où pointent des interrogations majeures sur l'évolution de la consommation aux Etats-Unis et en Europe, ce marché apparaît comme l'un des plus vulnérables. Les leaders confrontés depuis longtemps à une concurrence débridée en provenance d'Asie gardent pourtant les moyens de s'adapter. Leurs armes pour cela sont l'innovation en créant de nouvelles fonctionnalités et en étant à la pointe du design. L'autre moteur de leur croissance tient à leurs prises de position sur des marchés émergents. Ce qui n'est pas sans risque comme vient de le montrer l'effondrement de la demande en Turquie et la fragilité du marché brésilien, mais ces nouveaux marchés dont la croissance tranche avec la maturité des pays développés, peut se révéler très favorable à l'image de la Russie et de l'Asie qui tirent les ventes depuis plusieurs mois.Que retenez-vous du chiffre d'affaires trimestriel publié par Seb ?La hausse limitée du chiffre d'affaires, à 0,9 % (+ 4,4 % hors Turquie), peut paraître décevante. Mais cela ne remet pas en cause mon opinion positive sur le titre car cette faible croissance n'obère pas la capacité du groupe à améliorer sensiblement son résultat d'exploitation (+ 11 % par an) et son bénéfice net (+ 23 %) au cours des exercices 2001 et 2002. Seb se recentre sur des produits à plus forte marge délaissant des lignes de produits peu rentables. Le groupe réussit à passer des hausses de prix significatives et accélère sa politique de sous-traitance de produits et de composants. De même il touchera les fruits d'une plus forte centralisation des achats et d'une meilleure gestion de son besoin en fonds de roulement.Que pensez-vous de son challenger Moulinex ?Il faudra attendre la présentation par la nouvelle équipe mise en place par Brandt, le nouvel actionnaire de référence, pour entrevoir l'ampleur de la restructuration mise en oeuvre. D'ores et déjà il commence à apparaître que les mesures pourraient être sévères. Il est encore trop tôt pour revenir sur le titre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :