Les ventes aéronautiques soutiennent le commerce extérieur français

 |  | 332 mots
Lecture 2 min.
Après un déficit au quatrième trimestre de l'an dernier, le commerce extérieur français pérennise son redressement. L'excédent commercial de la France a atteint 1,84 milliard d'euros sur les trois premiers mois de l'année, soit un niveau quasiment comparable à celui atteint lors du premier trimestre de l'an dernier ( 1,71 milliard d'euros). Pour le mois de mars, l'excédent commercial ressort à 940 millions d'euros, en données corrigées des variations saisonnières (CVS), après un excédent révisé de 892 millions d'euros en février contre 963 millions en première estimation.Ce chiffre est supérieur de plus de 30% aux estimations des économistes interrogés par l'AFP qui prévoyaient un excédent commercial de l'ordre de 700 millions d'euros.Les exportations reculent de 3,3% par rapport au mois de février à 27,2 milliards d'euros. Ce mouvement de repli des ventes à l'étranger, perceptible depuis le mois de janvier, pénalise principalement les exportations de "biens intermédiaires, d'équipements électriques et électroniques, de biens de consommation courante et de produits de la branche agroalimentaire", précise le communiqué des Douanes. Il faut sans doute voir dans ce phénomène les effets conjugués du ralentissement économique mondial et des crises sanitaires de la fièvre aphteuse et de la "vache folle". Pour compenser, la France peut se féliciter de l'excellente tenue de la branches aéronautique. En mars, 19 Airbus ont été exportés pour 1,37 milliard d'euros. Au premier trimestre, la France a aini vendu 48 Airbus, ce qui constritue un record trimestriel, pour 3,35 milliards d'euros. Les importations faiblissent de manière plus importante que les exportations. Sur un mois, le recul est de 3,5% à 26,25 milliards d'euros. Tous les secteurs sont concernés, à l'exception de l'automobile, notent les Douanes qui ajoutent que la baisse de la facture pétrolière explique en partie ce recul. Cependant les achats à l'étranger de biens intermédiaires sont également en repli et les importations de biens d'équipement se contractent également.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :