Accélération de l'inflation aux Etats-Unis

 |  | 478 mots
Les mauvaises nouvelles se succèdent sur le front des prix aux Etats-Unis. Après la publication vendredi d'une hausse surprise des prix à la production de 1,1% pour janvier, c'est aujourd'hui les prix de détail qui surprennent désagréablement les économistes. En janvier, ils ont progressé de 0,6% par rapport à décembre. C'est deux fois plus que prévu et c'est aussi la plus forte progression sur un mois depuis mars dernier. Hors énergie et alimentation, la hausse est estimée à 0,3%, indique le département américain du Travail. Il s'agit pour cet indice de la plus forte hausse depuis novembre 2000.Dans leur majorité, les économistes réunis au sein du consensus Reuters tablaient sur une une augmentation de 0,3% des prix de détail. Hors énergie et alimentation, ils pariaient sur une hausse de 0,2%. Les marchés financiers américains, d'abord hésitants, après ces chiffres ont ensuite été orientés à la baisse. Un peu après 17 heures 30, le Dow Jones perdait 0,90% et le Nasdaq reculait de 0,91%. Les opérateurs craignent que ces statistiques disssuadent le Réserve fédérale américaine (Fed) de poursuivre sa politique de baisse des taux. Cette hausse des prix de détail laisse entendre que l'économie américaine, au point mort voire en récession, présente des résurgences inquiétantes d'inflation mais il faut aussi nuancer ce constat préoccupant. L'augmentation des prix en janvier est majoritairement due à la progression des prix de l'énergie, notamment en ce qui concerne le chauffage domestique (gaz et électricité). Cet aspect conjoncturel permet de penser que la Réserve fédérale américaine ne changera pas son fusil d'épaule pour sa politique monétaire et continuera de considérer que le risque de récession est plus important que celui de l'inflation. Dans ces conditions, une nouvelle baisse des taux est donc toujours possible lors de la prochaine réunion de la Fed, le 20 mars prochain. Autre statistique publiée aujourd'hui aux Etats-Unis, celle de la balance commerciale américaine. Le déficit s'est contracté à 32,99 milliards de dollars en décembre contre 33,1 milliards en novembre, a annoncé le département du Commerce. Ce chiffre est légèrement supérieur aux attentes des analystes, qui tablaient sur 32,18 milliards de dollars. Sur l'ensemble de l'exercice 2000, le déficit commercial américain a atteint le chiffre record de 369,7 milliards de dollars.Les importations ont reculé de 0,7% en décembre à 122,81 milliards de dollars. Le recul des importations a été particulièrement marqué dans les secteurs de l'automobile et des biens de consommation. Les exportations ont chuté de 0,8% en décembre à 89,82 milliards. Dans le seul secteur de l'aviation civile, la baisse s'est élevée à 18,4% à 1,49 milliard en décembre. Ces chiffres traduisent à la fois le ralentissement de l'économie américaine et un niveau de croissance également plus faible à l'étranger. latribune.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :