Plongeon de l'excédent commercial français en 2000

 |   |  358  mots
Pour 2000, la France accuse une sévère dégringolade de son excédent commercial. Ce dernier retombe à 2 milliards d'euros en données brutes après avoir dépassé les 16 milliards d'euros en 1999. En décembre, l'excédent s'est élevé 31,4 millions d'euros en données corrigées des variations saisonnières, après un déficit de 298,5 millions d'euros (chiffre révisé). Le mois précédent la direction générale des Douanes avait annoncé un léger solde excédentaire en novembre, de 12,5 millions de francs.Cette chute importante de la chute de la balance commerciale intervient "dans un contexte de fort alourdissement de la facture énergétique", relèvent les douanes. Les importations se sont ainsi élevées en 2000 à 320,65 milliards d'euros. Mais les exportations ont été également en hausse, 322,64 milliards d'euros, soit une progression de 13,8%. Les douanes notent dans leur communiqué que les exportations ont connu "une nouvelle étape de progression en toute fin d'année 2000 : leur montant avoisine les 28 milliards d'euros pour les mois de novembre et décembre, soit un gain de 5 milliards par rapport au niveau moyen de la période de mai à octobre". Cette poussée est notamment dûe, expliquent les douanes, aux exportations de biens intermédiaires et de biens de consommation courante. "Nos ventes redoublent Outre-Atlantique", ajoute le communiqué qui précise que "les exportations en direction des Etats-Unis ont augmenté de près de 30 % de septembre à décembre. La fin de l'année s'avère également favorable vers l'Asie et le Moyen-Orient. Par contre, le niveau des ventes reste stationnaire au sein de l'Union européenne".Pour ce qui est des importations, la direction générale des Douanes signale qu'au cours du quatrième trimestre 2000, "des achats très importants sont intervennus dans la branche aéronautique, masquant le fléchissement des autres importations industrielles civiles". "Comme, dans le même temps, la facture pétrolière s'est à nouveau fortement amplifiée, nos importations globales restent orientées à la hausse (+19,% sur un an)", indique-t-elle. A l'instar des exportations, les importations en provenance de l'Union Européenne ont également fléchi au cours du trimestre.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :