Les chiffres américains ouvrent la voie à une baisse des taux

 |   |  355  mots
Les choses rentrent dans l'ordre sur le front des prix aux Etats-Unis. Après la flambée inflationniste de janvier, les chiffres publiés vendredi par le Département du Commerce prouvent que les prix restent sous contrôle dans la première économie mondiale. L'indice des prix à la production est en effet resté quasiment stable en février (+0,1%), alors qu'il avait bondi de 1,1% le mois précédent. Sur un an, la progression des prix de gros est ramenée à 4,0%, contre 4,8% le mois précédent.Mieux, l'indice de base des prix à la production, qui exclut les secteurs traditionnellement volatils de l'alimentation et de l'énergie, s'est replié de 0,3%, alors qu'il avait dérapé de 0,7% en janvier. Il s'agit du plus fort recul de cet indicateur depuis une baisse de 1,2% en août 1993. Très regardé par les marchés financiers, l'indice de base a réservé une bonne surprise aux économistes, qui comptaient généralement sur un indice inchangé pour le mois de février.Les chiffres de février évacuent donc les craintes de résurgences inflationnistes aux Etats-Unis. Ils ouvrent également la voie à une nouvelle réduction des taux d'intérêt par la Réserve fédérale (Fed), à l'occasion de la réunion de son comité de politique monétaire mardi prochain. Celui-ci va pouvoire poursuivre sa politique agressive de baisse des taux et réduire d'un demi point ses taux directeurs afin de redonner un peu de carburant à une économie qui est aujourd'hui proche de la croissance zéro. Depuis le début de l'année, la Fed a baissé son taux interbancaire de 100 points de base pour le ramener à 5,50%. Le ralentissement américain a d'ailleurs trouvé une nouvelle illustration dans les chiffres de la production industrielle publiés jeudi par la Réserve fédérale. L'industrie américaine a connu en février son cinquième mois conséctif de contraction, avec une baisse supérieure aux attentes de 0,6% de sa production. Le taux d'utilisation des capacités de production a de son côté plongé à son plus bas niveau depuis février 1992.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :