Accélération des prix en avril dans la zone euro

 |   |  282  mots
Les mauvais chiffres publiés en Allemagne, en France et en Espagne récemment ne laissaient augurer rien de bon sur le front des prix pour la zone euro en avril. Les données publiées par Eurostat, l'Office statistique de l'Union européenne, confirment logiquement la tendance. L'inflation dans la zone euro a atteint en avril un nouveau record depuis l'introduction de la monnaie unique le 1er janvier 1999, à 2,9% contre 2,6% en mars en rythme annuel. Hors alimentation et énergie, composantes les plus volatiles de l'indice, l'inflation s'élève à 2,5% en avril. Ces chiffres, qui se situent loin du seuil de tolérance de 2% fixé par la Banque centrale européenne (BCE), contredisent, au moins à court terme, l'analyse de cette dernière sur la réduction des pressions inflationnistes parmi les Douze. C'est à partir de ce raisonnement que la BCE a justifié sa décision de réduire d'un quart de point ses taux d'intérêt, les ramenant à 4,50%. Cet assouplissement monétaire était souhaité par de nombreux économistes afin de redonner du tonus à une économie européenne touchée par le ralentissement économique américain. Même si elle s'en défend, le geste de la BCE aurait donc pour objectif de soutenir la croissance dans la zone euro. Patrick Artus, directeur des études économiques de CDC-Ixis, se livre dans ce contexte à une mise en garde: "Le ralentissement dans la zone euro, contrairement à ce que pense la BCE, ne va pas impliquer une baisse de l'inflation. Certains pays ont déjà enclenché une dynamique inflationniste. Le risque est donc que la zone euro se trouve confrontée en 2002 à une situation où il y aurait plus d'inflation et moins de croissance". latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :