Infineon lancera lundi son augmentation de capital

 |  | 476 mots
Lecture 2 min.
Infineon, coupant court aux rumeurs qui circulent depuis plusieurs jours sur les marchés financiers, a confirmé son intention de procéder à une augmentation de capital, dont il dévoilera les détails lundi. Selon des informations récurrentes, le "pré-marketing" de l'opération auprès des investisseurs institutionnels a commencé vendredi dernier, sous la houlette d'un consortium mené par Goldman Sachs et Lehman Brothers. Une porte-parole du groupe a toutefois précisé qu'Infineon, qui a déposé au début du mois une demande auprès des autorités boursières américaines (SEC) pour obtenir l'autorisation d'émettre de nouvelles actions sur le marché américain, attend encore le feu vert de celles-ci, mais a laissé entendre qu'il ne s'agissait que d'une formalité.La filiale de Siemens pourrait émettre jusqu'à 60 millions d'actions nouvelles, mais n'a pour l'instant donné aucune précision sur les conditions dans lesquelles elle entendait mener ce placement, et surtout à quel prix. Selon les analystes, Infineon pourrait avoir du mal à placer ces titres au-dessus de 25 euros par action. Une crainte d'autant plus justifiée que le groupe a émis il y a huit jours un avertissement sur ses résultats financiers : la perte du deuxième trimestre atteindra sans doute 600 millions d'euros pour un chiffre d'affaires en recul de 30% sur celui du premier et le résultat net annuel pourrait être négatif. Cette annonce pessimiste est intervenue alors que l'ensemble du secteur des semi-conducteurs s'enfonce à nouveau dans le marasme, victime principalement de l'effondrement conjugué des ventes d'ordinateurs et de téléphones portables. Les prix de certaines mémoires sont ainsi tombé ces derniers mois en-dessous de leur coût de revient.Paradoxalement, cette crise rend encore plus pressante l'augmentation de capital : les capitaux levés doivent notamment permettre de poursuivre la modernisation des installations de production d'Infineon, à commencer par le passage aux "wafers" (tranches de silicium sur lesquelles sont gravées les puces) de 300 millimètres de diamètre. Malgré la réduction de 500 millions d'euros des investissements industriels décidée en avril, le groupe prévoit toujours de construire une usine de nouvelle génération à Dresde, en ex-RDA.Une chose est sûre : la maison-mère Siemens ne participera pas à l'opération, a indiqué une porte-parole du groupe. Le groupe possède encore 56% d'Infineon mais affirme régulièrement sa volonté de ramener sa part sous les 50%, ce qui lui permettrait de ne plus consolider les comptes d'Infineon. L'augmentation de capital annoncée ne devrait cependant pas ramener sa participation sous ce seuil. L'avertissement sur les résultats et la perspective de l'émission de nouveaux titres en masse ont favorisé la chute de l'action Infineon en Bourse ces derniers jours : à 28,31 euros en fin de journée, le titre accuse un repli de près de 25% par rapport à son cours du 19 juin (37,16 euros). latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :