DoCoMo retarde le lancement de ses services "3G"

 |  | 388 mots
Lecture 2 min.
Même les pionniers peuvent prendre du retard : NTT DoCoMo, l'opérateur du premier service d'Internet mobile, l'i-mode, vient d'annoncer le report de cinq mois - de mai à octobre - du lancement de son offre de troisième génération (3G), une technologie comparable à l'UMTS.Quelques jours avant la date prévue pour le lancement des premières campagnes de publicité pour ces nouveaux services, la nouvelle fait désordre. Elle a d'ailleurs été mal accueillie à la Bourse de Tokyo, où l'action DoCoMo a cédé 4,76% en clôture, après avoir perdu jusqu'à 8% en séance. NTT DoCoMo explique qu'il doit encore procéder à des ajustements techniques et s'assurer de pouvoir fournir à ses utilisateurs "un réseau stable à 100%". Alors qu'ils devaient découvrir les nouveaux services dans les boutiques à partir du 30 mai, les clients devront maintenant patienter jusqu'au mois d'octobre. Les fournisseurs de combinés mobiles alliés au groupe respirent. Malgré la pression exercée par DoCoMo, l'un deux, Matsushita, n'avait pas nié la difficulté à tenir les délais imposés par l'opérateur. Il dispose maintenant de quelques mois de plus pour honorer ses engagements. Le retard de la filiale de NTT laisse aussi du temps à ses concurrents. KDDI, le deuxième opérateur après NTT, devrait cette automne procéder à des améliorations de son réseau, afin d'accroître les débits, rendant ainsi un peu plus délicat le lancement des services 3G de DoCoMo. Quand à Japan Telecom, propriétaire de l'opérateur J-Phone, qui compte parmi ses actionnaires British Telecom et Vodafone, il lancera lui aussi avec retard sa troisième génération de portables : la commercialisation est prévue en juin 2002, soit six mois après la date initialement prévue. De leur côté, les opérateurs européens - à commencer par les alliés de DoCoMo - ont tenu à rassurer leurs investisseurs sur leur capacité à respecter les délais de lancement de l'UMTS. Ainsi, le néerlandais KPN Telecom qui possède des licences aux Pays-Bas, en Allemagne, en Belgique et en Grande Bretagne a confirmé la commercialisation des nouveaux services pour le second semestre 2002. MobilCom, le troisième opérateur allemand détenu à 28,5% par France Telecom, a lui aussi réitéré le calendrier de lancement des prochains services en milieu d'année prochaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :