Fujitsu réduit ses investissements

 |  | 375 mots
Lecture 2 min.
Le géant de l'électronique et de l'informatique Fujitsu publie aujourd'hui ses résultats annuels pour l'exercice 2000/01 (clos fin mars), qui se situent dans la ligne des prévisions réajustées par le groupe, lors d'un "profit warning" lancé en février dernier. Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 4,4% à 5.480 milliards de yen (50,33 milliards d'euros) en ligne avec les attentes, pour un résultat d'exploitation de 244,03 milliards de yen (2,24 milliards d'euros), légèrement inférieur aux projections. En revanche, le bénéfice net a chuté de 80,1% sur l'exercice en raison du ralentissement de l'économie américaine et surtout du très fort coût de restructuration de sa filiale américaine Amdahl, qui s'est élevé à 510 millions d'euros. Fujitsu a réalisé sur le dernier exercice un résultat net de 8,5 milliards de yens (78 millions d'euros), contre 42,7 milliards sur l'année précédente."Le contexte économique s'est rapidement dégradé durant le second semestre de l'exercice, avec des coupes subites dans les dépenses d'investissement et des mesures d'écoulement des stocks, d'abord visibles dans les entreprises américaines, puis au Japon et en Europe", a expliqué Fujitsu.Fujitsu, qui couvre un grand nombre d'activités informatiques, a subi de plein fouet le ralentissement de la demande de PC. Cette division a baissé de 7% sur l'année. Toutes les autres branches du groupe ont progressé. Les logiciels et les services ont enregistré une hausse des ventes de 2%, ralentie par le marché américain. Les télécommunications, tirées par la demande américaine et japonaise, ont inscrit une hausse de 10% du chiffre d'affaires. Enfin, l'activité électronique, pointée du doigt lors du dernier "profit warning" en raison de la baisse globale de l'équipement audio et audiovisuel, a augmenté de 34%, le groupe considérant le résultat comme une note positive.Pour l'exercice en cours, Fujitsu reste prudent. Il prévoit un retour à la normale de son bénéfice net, à 50 milliards de yen pour un bénéfice imposable de 160 milliards. Le chiffre d'affaires ne devrait progresser que de 5,8% pour se situer autour de 5.800 milliards de yen. Le groupe devrait opérer une baisse de ses investissements dans les puces électroniques de 7,9%. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :