Intel vise le PC étendu

 |  | 435 mots
Lecture 2 min.
Vingt ans après avoir participé au lancement de l'IBM PC avec le microprocesseur 8088, Intel prend ainsi le virage du micro-ordinateur étendu en lançant des produits d'électronique grand public. Cette stratégie ressemble à s'y méprendre à celle de Sony. Simplement, alors que le Japonais part de la périphérie - avec des caméscopes et des appareils audio - pour aller vers le centre, c'est à dire vers le micro-ordinateur, Intel tente de réaliser l'inverse. Et s'il a jugé nécessaire de le faire, c'est pour imposer le Pentium 4 auprès des particuliers, ceux qui achètent un micro-ordinateur pour la première fois - et ils sont nombreux - et ceux qui le font pour la deuxième, la troisième ou la quatrième fois. Car le Pentium 4 doit permettre à Intel de creuser l'écart avec son concurrent AMD. Les grands clients du groupe espèrent qu'il déclenchera un nouveau cycle d'achat dans la micro-informatique. Pour muscler cette stratégie, Intel a lancé un Pentium 4 cadencé à 1,7 giga-hertz tout en réduisant les prix de sa gamme de 50%. Intel ne veut surtout pas manquer l'importante période de rentrée des classes, ni les fêtes de fin d'année, et s'y prépare dès maintenant.Au niveau industriel, Intel a mis les bouchées doubles pour passer à une nouvelle technologie de production. Alors que plusieurs groupes de haute technologie ont révisé à la baisse leurs programmes d'investissements, Intel a confirmé son plan de 7,5 milliards de dollars pour l'année en cours ; 2,5 milliards de dollars ont déjà été investis au premier trimestre. Le but du groupe est de passer à la technologie 300 mm (diamètre de la tranche de silicium pour fabriquer des microprocesseurs), avec un pas d'écartement de 0,13 micron. Il s'agit là d'un changement radical dans la technologie, qui permet de gagner en vitesse, en puissance et en énergie. Aujourd'hui, plus de 80% des chaînes de production d'Intel fabriquent avec un pas d'écartement de 0,18 micron.L'autre segment de marché sur lequel Intel veut s'imposer est celui des télécommunications. C'est ainsi que le groupe vient d'acheter trois entreprises spécialisées dans les communications optiques : Cognet, nSerial et LightLogic. Ces trois acquisitions ont récemment pesé sur son cours de Bourse. Le titre a également souffert des commentaires de Joe Osha, un analyste de Merrill Lynch, qui jugeait en début de semaine que le multiple de capitalisation d'Intel (plus de 50 fois le bénéfice par action escompté cette année) était trop élevé compte tenu des perspectives à moyen terme de la société.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :