Consors veut réduire ses coûts de 15%

Comme prévu, le "bear market", le marché baissier généralisé sur les places financières américaines et européennes, fait souffrir Consors, le leader européen du courtage en ligne. En publiant pour son exercice 2000 un bénéfice net de 17 millions d'euros, en hausse de 15%, le groupe se situe légèrement au-dessus des prévisions des analystes, qui tablaient sur 16,7 millions. Mais les investisseurs retiendront surtout de ces résultats la confirmation du ralentissement de l'activité du groupe dirigé par Karl-Matthaus Schmidt. "Au premier trimestre, le portefeuille clients se développe moins vite et le nombre de transactions a baissé de 20%", explique Consrs dans un communiqué. Un coup de froid brutal sur l'activité, qui avait bondi de 145% l'an dernier, pour atteindre 12,3 millions de transactions. Le volume des dépôts et placements, lui, a reculé de 13% depuis le 1er janvier, à 8,1 milliards d'euros. Entre le 1er janvier et le 23 mars, si le groupe a gagné 27.000 nouveaux clients, il en a perdu 14.300. Des clôtures de comptes qui concernent, pour la plupart, des investisseurs individuels qui s'étaient mis à la Bourse début 2000 en pleine euphorie des marchés... et qui ont été échaudés depuis. Pour 2001, Consors table sur 100 à 140.000 nouveaux clients en Allemagne.Pour parer la baisse du nombre de transactions, imputable à la déprime boursière, Consors a mis en place un programme de réduction des coûts baptisé "Fit for Future". L'objectif est de réduire les dépenses du groupes de 15% avant la fin de l'année. "Nous allons maintenir les dépenses de marketing à un niveau bas", explique, dans un entretien à Reuters, Karl-Matthaus Schmidt, tout en ajoutant que la réduction des dépenses dans ce domaine pourrait atteindre 50% par rapport aux 69,2 millions d'euros investis l'an dernier. Pour autant, Consors n'entend pas mettre un terme à son développement international : dans un entretien à Reuters, Karl-Matthaus Schmidt souligne que son groupe est en discussion avec deux cibles potentielles différentes au Royaume-Uni, marché sur lequel il est encore absent et sur lequel il prévoyait initialement d'entrer en 2000. "Nous espérons pouvoir réaliser une acquisition cette année", précise-t-il, expliquant qu'une approche "purement online" n'est peut-être pas, en l'occurrence, la meilleure stratégie, étant donné l'importance du courtage par téléphone sur le marché britannique.Sur le Neuer Markt, l'action Consors cédait 2,34% à 25,88 euros en fin de journée. Le titre a perdu 80% de sa valeur depuis le mois de septembre.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.