Bouygues réduit ses pertes dans les télécoms

Bouygues Télécom va mieux. Après avoir concentré l'essentiel des inquiétudes des investisseurs depuis le début de l'année, la filiale télécoms de Bouygues a annoncé mercredi des comptes 2000 en nette amélioration. Elle a enregistré l'année dernière une perte d'exploitation de 195 millions d'euros, alors que ses pertes dépassaient 440 millions d'euros une année auparavant. Dans le même temps, Bouygues Télécom a confirmé son dynamisme commercial. Son chiffre d'affaires a bondi de près de 60% à 2,04 milliards d'euros et le nombre de ses clients est passé de 3,2 millions fin 1999 à 5,2 millions fin 2000. Et la filiale de Bouygues avance un chiffre de 5,5 millions d'abonnés en mars 2001, soit une nouvelle augmentation de 6% de sa base de clientèle au cours du premier trimestre.Le nouvel accroissement des recettes attendu pour 2001 - l'opérateur table sur un chiffre d'affaires en hausse de 41% à 2,87 milliards d'euros pour un nombre total de 6,7 millions de clients à la fin de l'année - devrait d'ailleurs lui permettre d'atteindre l'équilibre dès cette année. "Je vous confirme que nous serons positifs en 2001, hors charges de développement du multimédia mobile qui ne générera aucune recette cette année", a déclaré Martin Bouygues lors de la conférence de presse de présentation des résultats de son groupe. "Nous serons donc, comme annoncé, positifs sur la voix et légèrement négatifs en tenant compte des charges de développement du multimedia mobile. Globalement, nous serons très proches de l'équilibre", a-t-il ajouté.En 2000, c'est tout le groupe Bouygues qui a profité de la meilleure santé de l'activité télécoms. Hier soir, le géant du BTP a annoncé un résultat net de 215 millions d'euros hors éléments exceptionnels pour son exercice 2000, près de cinq fois plus qu'en 1999. Le résultat d'exploitation s'est de son côté accru de 68% à 812 millions d'euros, porté par la performance de Colas dont le résultat d'exploitation a progressé de 49% et de TF1 (+45%). La perte d'exploitation générée par la participation dans Bouygues Télécom a de son côté été divisée par deux, passant de 212 millions d'euros en 1999 à 105 millions d'euros l'année dernière.Résultats satisfaisants et perspectives optimistes dans les télécoms donnent un nouveau coup de fouet à l'action Bouygues, qui a gagné 2,24% à 38,85 euros mercredi après avoir déjà bondi de près de 4% la veille. Elle reste toutefois en baisse de plus de 19% depuis le début de l'année, en raison notamment du manque de visibilité des activités télécoms. Si les services GPRS devraient être lancés dès le début de l'année prochaine, les perspectives à plus long terme de l'opérateur restent en effet extrêmement floues. D'une part, Bouygues Télécom s'est pour l'instant refusé à fixer une échéance à son engagement dans l'EDGE, technologie dite de "deuxième génération et demie" à mi-chemin entre l'actuelle norme GSM et l'UMTS, expliquant être actuellement "en phase d'évaluation". D'autre part, Bouygues Télécom n'a pas encore fermé complètement la porte à l'UMTS. La société pourrait participer à un éventuel deuxième tour pour l'attribution, à prix réduit, des licences de troisième génération.latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.