Fuji rachète à Xerox 25% de leur filiale commune japonaise

 |  | 291 mots
Lecture 1 min.
C'est le début de la fin d'une aventure de 39 ans. Fuji a confirmé le rachat à son allié américain Xerox de 25% du capital de leur filiale japonaise commune, Fuji Xerox, qu'ils détenaient jusqu'à présent à parité. L'opération, évoquée depuis plusieurs semaines par les médias américains et japonais, devrait être bouclée dans quelques semaines pour un total de 160 milliards de yens (1,45 milliard d'euros). Pour le groupe américain, en pleine restructuration et menacé à brève échéance de se retrouver à court de liquidités, la cession était presque devenue indispensable. En décembre, Xerox avait vendu ses opérations en Chine à Fuji Xerox pour 550 millions de dollars. La réduction de moitié de sa participation dans Fuji Xerox lui permet quasiment d'atteindre son premier objectif de deux milliards de dollars de cessions. Mais le groupe pourrait en céder deux milliards supplémentaires dans les prochains mois.Fuji Xerox, qui produit des photocopieurs et des imprimantes, a réalisé en 1999 un résultat net de 12 milliards de yens (110 millions d'euros) pour un chiffre d'affaires de 870 millliards de yens (7,86 milliards d'euros). La société se situerait au troisième rang du marché japonais, avec une part d'environ 20%.Sur le New York Stock Exchange, l'action Xerox gagnait 3,85% en milieu de journée, à 7,02 dollars. Malgré un rebond récent, la valeur boursière de Xerox a fondu d'environ 90% ces deux dernières années, les marchés reprochant notamment au groupe son incapacité à se diversifier sur le marché des imprimantes de bureau et ses problèmes persistants d'organisation, notamment commerciale.Pour Fuji, la montée dans Fuji Xerox pourrait notamment permettre d'accélérer le développement d'imprimantes et de produits d'impression adaptés à la photographie numérique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :