Résultats en forte hausse pour le Lyonnais

 |  | 584 mots
Lecture 3 min.
Le Crédit Lyonnais va mieux. Après un exercice 1999 soldé par un bénéfice de plus d'un demi milliard d'euros, la banque a quasiment atteint le milliard d'euros de résultat net en 2000. Pour le dernier exercice, elle a enregistré un bénéfice de 960 millions d'euros avant provisionnement du coût de l'EPFR, sa structure de défaisance. C'est mieux que ce qu'attendaient les analystes, dont la prévision médiane s'établissait à 928 millions d'euros (consensus Reuters). Le résultat brut d'exploitation, qui atteint 1,997 milliard d'euros, est par contre légèrement inférieur à leur pronostic (2,039 milliards d'euros).Après prise en compte de la provision destinée au financement de l'EPFR, le bénéfice net du Crédit Lyonnais est ramené à 701 millions d'euros, en hausse de 26,8% par rapport à 1999. En échange du feu vert de Bruxelles à son dernier plan de redressement, en 1998, le Crédit Lyonnais avait accepté d'assumer à compter de l'exercice 2000 le coût du prêt accordé à l'établissement public chargé de mettre en oeuvre le programme de cessions d'actifs destiné à le refinancer. L'intégralité de cette charge - 176 millions d'euros sur l'exercice 2000 et 259 millions d'euros de coût futur sur la période 2001-2005 - a été provisionnée dans les comptes de l'exercice passé. "Le programme de cessions d'actifs est maintenant achevé, le coût EPFR n'affectera plus les résultats futurs", ajoute la banque dans son communiqué.Quant aux résultats 2000, la banque estime qu'ils confirment la validité de sa stratégie dans ses trois métiers (banque de détail, gestion d'actifs et grande clientèle internationale). "Celle-ci sera poursuivie en 2001 afin de conforter le développement et la rentabilité du groupe. Aux conditions économiques actuelles, le résultat net, part du groupe, devrait enregistrer une nouvelle progression par rapport à 2000", ajoute-t-elle.La banque de détail a affiché l'an passé une hausse de 18,3% de son résultat net, à 463 millions d'euros, à partir d'une hausse de 4,1% de ses revenus et de frais généraux dont la progression a été limitée à 1,6%. La rentabilité de ses fonds propres atteint aujourd'hui 19,9%, contre 17,8% l'année précédente. La gestion d'actifs a vu son résultat progresser de 43% à 232 millions d'actions alors que le bénéfice du pôle grande clientèle internationale bondissait de 50% à 330 millions d'euros. Ce dernier reflète une forte hausse des résultats de la banque de financement (239 millions d'euros contre 18 millions un an plus tôt) et une chute de celui de la banque d'investissement (91 millions contre 202 millions d'euros).Même si elle souffre encore de la comparaison avec ses grands concurrents français - BNP Paribas et Société générale - la rentabilité du Crédit lyonnais a poursuivi l'an passé son spectaculaire redressement. Hors impact du prêt à l'EPFR, elle a atteint pour les trois métiers de la banque 16,6%, contre 12,4% en 1999.La hausse des résultats 2000 s'explique aussi par une baisse de 39,3% de la dotation globale aux provisions et une diminution de la charge fiscale du fait notamment d'un produit d'impôts différés de 204 millions d'euros liés pour l'essentiel au provisionnement du coût EPFR qui sera fiscalement déduit au cours des exercices futurs.A la Bourse de Paris, l'action du Crédit Lyonnais est bien orientée en début de séance, gagnant 1,28% à 37,98 euros vers 9 heures 30. Depuis le début de l'anné, le titre de la banque est en hausse de 2,1% ce qui adoucit un peu la contre-performance du Lyonnais en 2000 (-18%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :