France Télécom accélère sa croissance interne

 |  | 406 mots
Alors qu'Orange doit s'introduire en Bourse à Paris et à Londres cet après-midi, France Télécom annonce avoir réalisé en 2000 un chiffre d'affaires de 33,674 milliards d'euros. Une progression de 23,7% par rapport aux 27,233 milliards dégagés en 1999. L'opérateur est parvenu à accélérer sa croissance interne qui atteint 8,1% en 2000 contre 7,2% en 1999 et 4,2% en 1998.Orange a contribué l'an passé à hauteur de 25% aux revenus de France Télécom, avec un chiffre d'affaires de 8,653 milliards d'euros, en hausse de 82,4% par rapport à l'exercice précédent. De son côté, Wanadoo, filiale Internet de France Télécom, a enregistré l'an dernier un chiffre d'affaires contributif (attribuable au groupe France Télécom) de 1,054 milliard d'euros, en hausse de 34,3% par rapport aux 785 millions de 1999. En France, le groupe de Michel Bon a bénéficié de la progression soutenue du chiffre d'affaires des mobiles regroupés sous l'enseigne Orange France (+38,2% à 5,335 milliards d'euros) et de la croissance des services liés à Internet avec Wanadoo, précise l'opérateur. Les revenus des services de téléphonie fixe, voix et données, se sont en revanche inscrits en retrait de 2,6% à 18,657 milliards d'euros, contre 19,153 milliards en 1999. France Télécom a attribué cette baisse pour l'essentiel aux baisses de tarif intervenues en cours d'année, ainsi qu'au développement de la concurrence des opérateurs privés, dont les parts de marché atteignent désormais 32,8% contre 19,3% fin 1999.Le chiffre d'affaires réalisé par France Télécom à l'international a été multiplié par 2,5 à 8,688 milliards d'euros. La progression concerne aussi bien la téléphonie fixe, voix et données, où le chiffre d'affaires a plus que doublé à 5,31 milliards, que les mobiles dont les revenus s'élèvent à 1,665 milliard d'euros (+87,9%).MobilCom, l'opérateur de téléphonie mobile allemand dont France Télécom détient 28,5%, a également publié ce matin ses résultats 2000. L'opérateur essuie une perte nette de 89,22 millions d'euros en 2000, après un bénéfice de 87,33 millions d'euros en 1999. L'excédent brut d'exploitation avant impôt, intérêts, amortissements et dépréciations (EBITDA) a suivi la même pente et affiche un solde négatif de 11,27 millions d'euros, contre un bénéfice de 197,67 millions d'euros en 1999. Dans un communiqué, MobilCom attribue cette contre-performance à ses débuts dans la nouvelle technologie de téléphonie mobile UMTS, aux investissements réalisés pour accroître sa part de marché ainsi qu'aux coûts de restructuration.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :