Casino vise des profits en hausse de 20% par an jusqu'en 2003

Comme le laissait présager la croissance des ventes, le groupe de distribution Casino vient de publier de bons résultats au titre de l'exercice 2000. Sur l'ensemble de l'année dernière, le bénéfice d'exploitation atteint 652,2 millions d'euros, soit une progression de 26,3% par rapport à 1999. Ce chiffre est en ligne avec les attentes, le consensus réalisé par Jacques Chahine Finance prévoyait un résultat de l'ordre de 655 millions d'euros.La bonne surprise provient de la progression du résultat d'exploitation en France, souligne Aurel Leven. Sur le territoire national en effet, le résultat opérationnel de Casino a progressé de 20%. La part de l'activité internationale passe de 6% du résultat d'exploitation en 1999 à 11% en 2000. Le bénéfice net part du groupe après amortissement des survaleurs a pour sa part progressé de 20,1% et s'élève à 314,8 millions d'euros.Les ventes du groupe de distribution se sont élevées à 19 milliards d'euros l'an dernier, soit une croissance de 22%. A périmètre et taux de change comparables, la croissance du groupe a atteint 10,2%.S'agissant de ses perspectives, Casino insiste sur les leviers de croissance que constituent les supermarchés Monoprix et le développement de la marque Leader Price à l'international. A l'horizon de trois ans, Monoprix devrait doubler son résultat d'exploitation, a souligné Christian Couvreux, Pdg du groupe, lors d'une réunion d'information. Casino est donc en mesure de confirmer ses objectifs, soit une croissance moyenne du résultat net part du groupe de 20% par an juqu'en 2003 et une croissance annuelle de plus de 10% de son chiffre d'affaires au même horizon.En Bourse, l'action Casino a cédé 0,65% mercredi, à 106,9 euros à la clôture et affiche désormais un recul de 0,45% depuis le 1er janvier. La valeur est particulièrement volatile ces derniers temps, oscillant entre 100 et 115 euros depuis le début de l'année.C'est demain que Carrefour, principal concurrent de Casino, publiera ses résultats annuels. Ces derniers devraient être de moins bonne facture, le groupe ayant subi une érosion de ses ventes en France et en Espagne l'an dernier. Les analystes anticipent une progression du bénéfice net après amortissement des survaleurs de 15% (Jacques Chahine Finance).latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.