Subiteo dans les starting-blocks sur le marché du DSL

Créé il y a moins d'un an par Philippe Coville, ancien directeur marketing de Colt en France, Subiteo (ex-Fastpoint) entend bien jouer dans la cour des grands sur le marché de l'Internet à haut débit. La société, qui a levé 5 millions d'euros en août dernier auprès du fonds américain Incepta, n'en est encore qu'à la phase de l'expérimentation à Paris. Mais elle ne manque pas d'ambition, se posant comme " principal opérateur de services et d'accès Internet haut débit en s'appuyant sur la technologie DSL "." Bientôt, c'est le contenu qui tirera les technologies Internet, explique Thierry Jasserand, directeur marketing et commercial. Les réseaux haut débit arrivent, avec la boucle locale radio, le câble et le DSL. Les prix vont commencer à baisser ". Une profession de foi qui n'occulte cependant pas " le principal frein au développement du marché partout dans le monde : les réglementations nationales. Mais 2001 sera une année charnière ". Car Subiteo, comme les autres opérateurs alternatifs ayant opté pour le haut débit, reste dépendant du bon vouloir de France Télécom...ou de la capacité de l'ART à pousser l'ex-monopole dans ses retranchements. " Les opérateurs de boucle locale radio doivent trouver les points hauts géographiques où installer leurs antennes, résume Thierry Jasserand. Nous, nous devons trouver les points mous de France Télécom ".L'aménagement progressif du catalogue d'interconnexion de France Télécom, sous la pression de l'autorité de régulation, devrait donc permettre à Subiteo de déployer rapidement un début de réseau. " Nous pouvons lancer la commercialisation dès que les problèmes réglementaires seront résolus ", assure Thierry Jasserand. Le réseau, visant en premier lieu les clients professionnels, sera déployé au départ sur 200 commutateurs d'abonnés : une centaine en Ile de France, le reste dans les grandes villes, en ciblant les cœurs des agglomérations et les zones de concentration des entreprises. L'entreprise a opté pour une distribution indirecte, avec pour objectif de nouer des relations avec des acteurs locaux, principalement des revendeurs et des intégrateurs disposant d'une présence locale. La cible prioritaire, dans un premier temps, sera celle des PME. Y compris les plus petites, qui pourront s'offrir une connexion haut débit à partir de 1.500 ou 2.000 francs par mois, promet Subiteo. Mais ce dernier ne s'interdit pas d'aller chasser sur les terres des grands opérateurs : " mi-2002, explique Thierry Jasserand, nous aurons déployé notre réseau, acquis des clients, clarifié notre image : nous pourrons nous attaquer aux grandes entreprises ". Conscient de la nécessité d'offrir des produits à forte valeur ajoutée pour se différencier de ses grands concurrents, Subiteo prépare une nouvelle levée de fonds d'environ 50 millions d'euros. Et compte aussi sur des crédits-fournisseurs de 30 à 50 millions. Au-delà de la connexion de base, l'opérateur veut rapidement offrir des services de voix sur IP, d'intranet-extranet, voire d'hébergement, en partenariat avec un spécialiste. Il réfléchit également à la possibilité d'offrir à ses clients entreprises des contenus applicatifs en mode ASP.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.