Regina Rubens dépose son bilan

L'épilogue du feuilleton Regina Rubens se rapproche. Regina Rubens SA, ainsi que sa filiale Regina Rubens Services qui regroupe les boutiques de mode du groupe, ont déposé mardi leur bilan, rapporte le Figaro, qui cite Regina Rubens, présidente et fondatrice de ces deux sociétés.Cette décision était largement attendue, Regina Rubens S.A. n'ayant pu honorer les salaires de ses employés pour le mois de mars. La loi française oblige toute entreprise qui est en situation de cessation de paiement à en faire, dans les quinze jours, la déclaration au greffe du tribunal de commerce. Or, Regina Rubens SA doit à court terme 3,66 millions d'euros à ses créanciers alors que ses disponibilités s'élèvent à 3,47 millions d'euros, explique le Figaro. Sa filiale Regina Rubens Services doit 0,72 million d'euros pour des disponibilités de 0,2 million.La dégradation de la situation financière de Regina Rubens SA était apparue au grand jour avec l'annonce, le 19 mars dernier, d'une perte nette de 5,42 millions d'euros pour le 1er semestre de l'exercice 2000/2001 (avril/septembre 2000). La société avait dû intégrer une charge de 2,8 millions d'euros dans ses comptes pour compenser les irrégularités comptables qui ont entaché son bilan d'ouverture, le bilan qui sert de référence au début de l'exercice comptable. Regina Rubens s'était alors interrogée sur sa capacité à poursuivre son activité "dans sa structure actuelle".A ces charges exceptionnelles s'est en effet ajoutée une perte d'exploitation de 1,75 million d'euros pour les six premiers mois de 2000/2001, alors que la société avait dégagé un bénéfice d'exploitation de 0,46 million d'euros un an plus tôt.Deux scénarios sont aujourd'hui possibles pour la société de prêt-à-porter, qui a obtenu du tribunal de commerce une période d'observation de six mois. Soit elle parvient à redresser la barre, par la réduction de ses coûts d'exploitation, et elle peut reprendre une activité normale après avoir apuré ses dettes. Soit elle trouve un repreneur qui lui permet de se remettre à flot financièrement.La présidente et fondatrice du groupe, qui estime que les foyers de pertes sont "localisés", juge que le redressement n'est "pas insurmontable". "Nous allons prendre les mesures de restructuration qui s'imposent", a-t-elle indiqué au Figaro. Mais le salut pourrait également venir de l'extérieur. Verneuil Participations, la société d'investissement du financier François Gontier, avait déjà proposé, en février dernier, de renflouer Regina Rubens S.A. en entrant dans le capital. Les principaux actionnaires du holding de tête de Regina Rubens S.A. - Regina Rubens elle-même et le fonds d'investissement de LVMH LV Capital - avaient alors refusé cette solution. Suspendue depuis le 24 janvier dernier au cours de 7,95 euros après la mise à jour des irrégularités comptables du groupe, l'action Regina Rubens affiche un recul de plus de 45% depuis son plus haut de mars 2000.latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.