Rhodia pâtit d'une forte contraction de ses marges

Affecté par une conjoncture dégradée, Rhodia a divisé son bénéfice net par deux au premier trimestre et ne prévoit pas d'amélioration avant le second semestre.Sur les trois premiers mois de l'année, le bénéfice net part du groupe est tombé à 26 millions d'euros et le résultat opérationnel à 108 millions (-12,2%). Sous l'effet conjugué du fort renchérissement des coûts de l'énergie, du niveau élevé des prix des matières premières et de l'intégration des sociétés acquises en 2000 -les sociétés Albright & Wilson et ChiRex- la marge d'exploitation a reculé de 15,4% à 12,1%. Les revenus du groupe ont également été affectés. A 1,979 millions d'euros au premier trimestre, le chiffre d'affaires a progressé de 4,3% en données constantes contre 6,1% sur l'ensemble de l'année 2000."Bien que la hausse du prix des matières premières semble se ralentir, leur niveau encore très élevé a continué à peser sur la performance et la rentabilité de Rhodia", commente le Pdg du groupe, Jean-Pierre Tirouflet. L'amélioration est prévue pour le second semestre, le groupe estimant que "la baisse des prix des matières premières qui semble s'amorcer devrait contribuer à l'amélioration" des performances. Malgré ces propos rassurants, l'action Rhodia a reculé de plus de 3% jeudi à 13,84 euros à la clôture.latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.