Sagem accuse une érosion de sa marge opérationnelle

Le marché des télécoms a monopolisé l'attention en cette fin de semaine. A Paris, les valeurs du secteurs ont nettement reculé. Alors que le titre Alcatel était affecté par la dégradation de Goldman Sachs et que Sagem accusait une érosion de sa rentabilité en 2000, le profit-warning de Motorola, qui a averti les marchés qu'il ne pourrait tenir ses objectifs de chiffre d'affaires et de résultats pour le premier trimestre, a jeté de l'huile sur le feu.Sagem a publié jeudi soir un résultat net 2000 en ligne avec les attentes. A 152 millions d'euros, soit une progression de 3,4% par rapport à 1999, le bénéfice net est légèrement supérieur aux prévisions des analystes (149 millions d'euros). En revanche, l'équipementier télécom accuse un tassement de son résultat d'exploitation, celui-ci ressortant à 227 millions d'euros contre 231 millions un an plus tôt. Ce recul s'explique principalement par les investissements importants réalisés par le groupe afin d'accroître ses capacités de production dans les domaines du WAP et du GPRS alors même que la demande pour ces technologies peine à décoller ce qui entraîne un surdimensionnement industriel. Résultat : Sagem accuse une dégradation de sa marge opérationnelle, celle-ci s'établissant à 5,3% au lieu des 6% attendus par le marché. En 1999, la marge opérationnelle de Sagem était ressortie à 7,5%.Déjà connu, le chiffre d'affaires annuel du groupe a augmenté de 25,2% en 2000 pour atteindre le montant de 4,27 milliards d'euros. En novembre dernier, Sagem avait lancé une mise en garde sur ses résultats en expliquant que les ventes du deuxième semestre 2000 seraient affectées par la faible demande pour les téléphones portables dans un contexte de hausse des capacités de production. En prévision de la demande pour les nouveaux téléphones au format Wap, les fabricants d'équipements téléphoniques ont augmenté leur production l'année dernière. Mais la lenteur des services proposés, l'accès limité à Internet et les graphiques sommaires ont eut raison de l'intérêt des consommateurs qui ont boudé les nouveaux appareils.Pour 2001, Sagem confirme son objectif de croissance du chiffre d'affaires de 20%, soit des ventes de l'ordre de 5,1 milliards d'euros. Réagissant aux prévisions du groupe, la société de Bourse Aurel Leven appelle à la prudence, en particulier sur l'activité de téléphonie mobile. La prévision d'une croissance de 50% en volume des ventes de terminaux mobiles sur l'ensemble de l'année 2001 paraît trop optimiste au regard des indications données par certains opérateurs et équipementiers pour qui le décollage des ventes de terminaux GPRS n'interviendra pas avant 2002, souligne Aurel Leven.A la Bourse de Paris, l'action Sagem est restée proche de l'équillibre une bonne partie de la matinée vendredi, avant de plonger nettement dans le rouge à l'annonce de l'avertissement de Motorola. Le titre finit la séance sur un repli de 2,86% à 115,5 euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.