Un secteur de l’e-commerce qui tourne à plein régime…

Selon une enquête menée par le "New York Times", des sites comme Weight-Watchers.com, eDiets.com et CyberDiet sont en effet en train d'avaler rapidement une part de plus en plus substantielle de ce marché qui représente 40 milliards de dollars par an. Et en plus, ils font des bénéfices... Jusqu'à ces dernières années, le secteur était dominé par deux poids lourds, Jenny Craig et Weight Watchers, qui ont affiché des chiffres d'affaires de respectivement 291 et 400 millions de dollars l'an dernier. Ceux-ci tirent leurs revenus de la vente d'ouvrages spécialisés et de publications diverses, mais le noyau dur de leur activité reste l'armée de consultants chargés d'aider les Américains - et les autres - à perdre du poids. Mais les services en ligne offrent davantage. Par exemple, contre un abonnement qui varie entre 10 et 15 dollars par mois, les candidats aux kilos en moins d'eDiets.com reçoivent des accessoires qui leur permettent de contrôler leur poids, de suivre un régime et, surtout, de communiquer en ligne avec des nutritionnistes diplômés et des psychologues. Ils peuvent en outre partager leurs expériences avec d'autres abonnés, cela dans le plus total anonymat et sans la moindre honte. "Et les gens sont en fait en train de payer pour cela, affirme Stacey Rich, un analyste de chez Jupiter Media Metrix. C'est définitivement une niche favorable..."Selon Jupiter, les usagers intéressés par ces services passent en effet 23 minutes par mois sur ces sites - soit le double du temps accordé à ceux concernant la santé en général. Et eDiets.com affirme que cette moyenne s'élève à 120 minutes par mois pour ses 258.000 abonnés. Poussé par ce vent favorable, eDiets a pu ainsi dégager 650.000 dollars de bénéfices pour un chiffre d'affaires de 4,3 millions de dollars lors du dernier trimestre 2000. A l'origine, il ne s'agissait pourtant que d'une modeste "start-up" qui avait eu du mal à réunir les 7,5 millions de dollars nécessaires à son lancement. "Les incubateurs nous regardaient de haut, se rappelle un des fondateurs d'eDiets, David Humble. Nous avions tout contre nous : notre activité n'avait rien de sexy, nous étions basés en Floride et j'ai 65 ans..."Si David Humble s'est jeté dans cette aventure, c'est parce qu'il avait la conviction que les compagnies bien établies du secteur, qui sont des franchises, hésiteraient à se lancer dans l'e-commerce. Un calcul d'ailleurs partagé par les analystes qui font observer que Jenny Craig.com se sert en effet de son site plutôt comme une vitrine et que WeightWatchers.com n'a commencé à s'intéresser à l'e-commerce que récemment. "Néanmoins, affirme une responsable de chez WeightWatchers.com, nos résultats sont jusqu'à présent très satisfaisants..."Un des atouts essentiels de ce marché est bien sûr qu'il repose presque intégralement sur un système d'abonnement qui le met à l'abri de l'effondrement des recettes publicitaires. Stacey Rich observe : "Ces services ont toutes les chances de se développer. Ils offrent des informations jugées essentielles par leur usagers qui ne sont pas disponibles ailleurs. Ceux-ci sont donc prêts à payer. Par contre, je ne crois pas que le marché soit assez vaste pour supporter un myriade de compagnies." Ce qui veut dire que, malgré cette relative prospérité, il faut s'attendre à du dégraissage...

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.