Nokia, Alcatel et Ericsson construiront les réseaux UMTS d'Orange

 |  | 335 mots
Orange, filiale de l'opérateur français France Télécom, a annoncé mardi avoir choisi Nokia et Alcatel pour la fourniture de son réseau d'accès radio UMTS en France. La firme finlandaise Nokia est également retenue pour le réseau du Royaume-Uni ainsi que, conjointement avec le suédois Ericsson, pour l'Allemagne.Orange précise que les contrats attribués dans les trois principaux marchés européens représentent un total de 2,3 milliards d'euros et précise que les crédits-fournisseurs obtenus représentent 150% du total. Sur les 2,3 milliards d'euros de contrats accordés, ajoute l'opérateur, l'Allemagne représente 1,3 milliard, la France un peu moins de 600 millions et la Grande-Bretagne 450 millions.Nokia seul des trois équipementiers retenu pour la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne, a précisé que son contrat avec Orange atteint 1,5 milliard d'euros. Le groupe finlandais précise avoir également signé avec la filiale de France Télécom un accord de financement portant sur plus de deux milliards d'euros. Ce type d'accord financier par lequel les fournisseurs d'équipement aident leurs clients à financer leurs réseaux, est devenu très courant sur le marché de la téléphonie mobile. Mais il commence manifestement à inquiéter les investisseurs : Nokia, qui avait annoncé hier un accord du même type avec Hutchison 3G, filiale commune à Hutchison Whampoa, KPN et NTT DoCoMo. L'action Nokia perdait 7,35% à la Bourse d'Helsinki en fin de journée, à 25,25 euros.Alcatel, de son côté, précise que le contrat pour le seul réseau français d'Orange est évalué à 315 millions d'euros sur trois ans. Il prévoit notamment la livraison et l'installation de plusieurs milliers de stations de base radio UMTS, des équipements associés et la fourniture du système coeur de réseau UMTS. L'accord stipule par ailleurs qu'Orange France compte lancer ses premiers services UMTS à la mi-2002.Orange souligne par ailleurs que l'appel d'offres groupé pour l'UMTS a permis des économies d'échelles chiffrées à 200 millions d'euros pour cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :