Le calvaire des semi-conducteurs n’est pas terminé

Ainsi, le taiwanais TSMC a certes fait état d'une stabilité de son activité dans le monde du micro-ordinateur mais aussi d'une dégradation dans les autres segments de marché où il est présent. Selon TSMC, cette dégradation touche tous les secteurs géographiques. Aux Etats-Unis, Micron Technology, qui est le dernier fabricant américain de DRAM, subi à la fois un fléchissement de la demande dans les micro-ordinateurs et une détérioration des conditions macro-économiques. La prospérité de Micron est importante car c'est un indicateur quasiment " coïncidant " du marché des PC. Selon Micron Technology, les stocks de carte mère ont diminué chez les fabricants taiwanais, ce qui confirme les indications de TSMC. Le phénomène est sans doute dû à un marché de la micro-informatique plus dynamique en Europe. Dans ce contexte, Micron Technology peut espérer une stabilité des prix des mémoires Dram mais pas une reprise durable. Aujourd'hui, les prix de mémoires 64 K évoluent entre 2 et 2,50 dollars en quantité, tandis que les prix des mémoires 128K sont de l'ordre de 4 à 4,50 dollars. Alors que les fabricants de micro-ordinateurs ont poursuivi activement leur déstockage au cours du premier trimestre, on ne peut concevoir une reprise des prix des mémoires sans reprise du marché de la micro-informatique aux Etats-Unis. En effet, les constructeurs et assembleurs n'auront pas envie de lancer de nouveaux modèles plus puissants et plus performants sur un marché nord-américain atone. Dans le secteur des puces spécialisées pour l'industrie des télécommunications, l'impact du déstockage des équipementiers est plus important. Des entreprises comme PMC Sierra, Xilinx et Vitesse Semiconductor ont subi une contraction sévère de leur carnet de commande. Ces trois entreprises développent des puces spécifiques pour l'industrie des télécommunications et sont toutes bien positionnées pour le long terme. Cependant, d'ici aux douze prochains mois, elles vont souffrir car leurs clients, les équipementiers de télécommunications, possèdent trop de stocks sur leur bilan alors que les opérateurs révisent leur programme d'investissement en baisse. Ainsi, Cisco, qui représente 25% du chiffre d'affaires de PMC Sierra, a indiqué que la reprise de ses affaires pourrait prendre plus de temps que les deux trimestres de correction auparavant envisagés. Il y a encore peu, on pouvait espérer un chiffre d'affaires trimestriel étal pour ces trois entreprises. On parle maintenant d'un repli compris entre 10% et 15%. Au bout du compte, le calvaire des fabricants de semi-conducteurs devrait durer encore 12 à 18 mois.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.