MobileWay fait passer le message du SMS aux acteurs d'Internet

"80% des internautes ont un mobile, mais 20% seulement des utilisateurs de mobiles ont accès à Internet. Il faut donc amener le monde mobile vers Internet, plutôt que d'essayer de transposer le monde Internet sur les terminaux mobiles". Sur un marché mobile qui s'interroge sur les retards de la troisième génération de réseaux mobiles, MobileWay s'efforce de retourner la situation à son avantage. Spécialisée dans la fourniture de services mobiles aux opérateurs et aux acteurs de l'Internet, MobileWay a construit son modèle sur le principe d'une plateforme ou "hub" permettant de gérer les flux d'informations ou de services destinés aux utilisateurs : sonneries, logos, solutions de "m-commerce" (commerce mobile) mais principalement, aujourd'hui encore, des SMS (short message service). "L'accord que nous venons de conclure avec Yahoo! Europe pour la fourniture de services d'alertes par SMS illustre bien le changement de position des leaders de l'Internet sur le dossier de l'Internet mobile, souligne Bruno Coindre, directeur de MobileWay pour l'Europe. Ils comprennent qu'à court terme, l'Internet mobile ne se fera pas avec le WAP ou une version adaptée de l'i-mode japonais". Un discours qui devrait, paradoxalement, dominer les débats au salon 3GSM, qui a ouvert ses portes hier à Cannes."Nous travaillons essentiellement avec les opérateurs, explique Bruno Coindre, mais aussi avec des sociétés de l'économie traditionnelle, comme MasterCard ou Nike. Notre plateforme permet d'offrir aux utilisateurs la certitude d'une utilisation simple et sécurisée des services mobiles, sans problèmes de compatibilité d'un opérateur à l'autre". Au total, on estime à 20 milliards le nombre de SMS envoyés en Europe en décembre dernier. La France, longtemps en retard sur ses grands voisins, rattrape peu à peu son retard : selon l'ART, les possesseurs de mobiles traitent en moyenne 28 SMS chaque mois et ce trafic augmente de 10 à 15% par mois. Une croissance que les opérateurs cherchent à amplifier, comme le prouvent les campagnes de communication lancées ces dernières semaines par SFR et Itinéris. Et le grand public n'est pas le seul concerné : l'usage du SMS se développe aussi dans les entreprises, où il peut servir d'outil d'alerte ou de relais pour des messageries internes. "Après avoir négligé le SMS, les opérateurs et les constructeurs cherchent à le mettre en valeur, constate Bruno Coindre. Ils ont notamment pris conscience de son intérêt financier, à l'heure où ils sont contraints d'investir massivement pour le GPRS et l'UMTS". Créée il y a un an, MobileWay a reçu à sa création 9,4 millions de dollars de financements, apportés par des business angels mais surtout deux fonds de capital-risque, l'un finlandais, l'autre singapourien. La société prévoit de boucler un nouveau tour de financement au second semestre de cette année. D'ici là, prévoit Bruno Coindre, l'activité devrait continuer à se développer rapidement. "Nous avons réalisé quelques millions de dollars de chiffre d'affaires sur l'exercice en cours, qui sera clôturé le 31 mars, et nous prévoyons plusieurs dizaines de millions de dollars pour l'exercice 2001-2002, principalement en Europe et en Asie du Sud-Est". MobileWay est déjà présente sur les principaux marchés européens, aux Etats-Unis, ainsi qu'à Singapour, à Hong Kong et en Australie. L'ouverture d'un bureau à Taiwan est prévue dans quelques jours.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.