Infogrames mise sur un marché de masse pour le jeu vidéo

 |   |  529  mots
IE = M² : c'est ainsi que Bruno Bonnell, le patron d'Infogrames, décrit le futur de l'industrie du jeu vidéo. En clair, les loisirs interactifs n'existeront, dans un XXIè siècle assurément ludique, que s'ils touchent un marché de masse, comme la télévision ou encore la radio ont su le faire. Mais attention de ne pas amalgamer « rêve de convergence et réalité de la divergence ».Car une vraie adoption de masse, et surtout l'avènement de l'interactivité, sont loin d'être des réalités. « Je ne crois pas aujourd'hui au jeu en ligne. Il a été survendu au public mais la technologie ne sait pas faire un accès aussi simple à ces jeux que celui qui existe pour la télévision. La qualité des produits ne justifie pas la mise en place d'un barème de prix », déclare Bruno Bonnell, présent au Milia 2001. Il est vrai qu'avec l'avènement d'Internet en général, les consommateurs ont été habitués à consommer gratuitement. Or, aujourd'hui, les ressources à consacrer au développement des contenus, dont ceux des jeux en ligne, obligent les éditeurs à passer à des modèles économiques impliquant que le consommateur paie. Une logique que ce dernier refuse à l'heure actuelle. Par ailleurs, le PDG de Infogrames insiste sur l'importance de ce qu'il baptise « le troisième pied du tabouret » : parallèlement au contenu (qu'il faut en permanence réinventer et pour lequel Infogrames investit 200 millions de dollars chaque année) et à la bande passante, la plate-forme de jeu apparaît comme une composante essentielle de la future réussite de l'industrie du jeu vidéo. L'éditeur de jeu ne deviendra pas pour autant un constructeur de plate-forme mais entend bien suivre de très près le développement des supports les plus variés servant à jouer. Les consoles bien sûr, mais aussi les téléphones cellulaires, les assistants personnels, le Palm Pilot ainsi que toute une génération de nouveaux formats. « Il faudra bien tenir compte de l'avènement du MP3 interactif ou encore du phénomène technologie embarquée », précise Bruno Bonnell. Infogrames devrait travailler en plus étroite collaboration avec les constructeurs de plates-formes afin de mieux définir et traduire dans les faits les volontés du grand public consommateur de jeu.Infogrames devrait réaliser un chiffre d'affaires de 750 millions à 850 millions de dollars en 2001, selon les prévisions des analystes. Ses priorités pour cette année consistent bien évidemment à repositionner et redéfinir une politique marketing pour l'ensemble de la gamme de produits Hasbro après le rachat Hasbro Interactive en décembre, particulièrement en pratiquant une politique très agressive dans le secteur des jeux pour enfants. Un travail tout particulier sera aussi effectué sur la distribution des produits du fabricant de jeux, qu'ils soient nouveaux ou appartiennent déjà au catalogue. «La récurrence du chiffre d'affaires est aussi importante que le lancement de nouveaux jeux », indique Bruno Bonnell. Le site games.com sera également amélioré pour lui donner notamment une dimension communautaire sans que ce segment devienne pour autant une activité profitable pour le groupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :