Aventis pourrait annoncer la cession de CropScience cet été

 |  | 446 mots
Lecture 2 min.
Trois, voire quatre repreneurs sont encore dans la course pour la reprise de CropScience la filiale d'agrochimie du groupe Aventis, a déclaré hier soir Juergen Dormann, président du groupe. S'il a refusé de citer le nom des candidats, il s'agirait des deux poids lourds de la chimie allemande Bayer et BASF, et des américains Dow Chemical et Dupont, avancent des sources de marché.En outre, Aventis a déclaré qu'il s'était entendu avec son partenaire Schering, qui détient 24% du capital de CropScience, sur le prix de la cession. Aventis avait laissé entendre en début d'année que la vente de sa filiale d'agrochimie valoriserait cette dernière sept fois son excédent brut d'exploitation avant amortissements (Ebitda) attendu pour 2001, ce qui correspond à la valorisation de ses comparables cotés en Bourse, le suisse Syngenta et l'américain Monsanto. "D'après nos calculs, la valeur d'entreprise de CropScience atteindrait 5,5 milliards d'euros dont 2,1 milliards de dettes mais je reconnais que ce chiffre est un petit peu conservateur", estime Florent Cespedes, analyste chez Fortis Securities.Mais il est fort probable qu'Aventis, désireux de trouver un terrain d'entente avec Schering, ait relevé le prix de cession de sa filiale. Car Schering, plus gourmand, avait avancé un prix valorisant cette dernière 11 fois son Ebitda 2001. "Or, il est plus intéressant pour un repreneur d'acquérir CropScience sans la part de Schering ce qui me laisse à penser qu'Aventis a peut-être profité des bons résultats de sa filiale au premier trimestre pour relever le prix", note un autre analyste. Sur les trois premiers mois de l'année en effet, CropScience a enregistré une progression de 20,7% de son excédent brut d'exploitation qui s'est élevé à 265 millions d'euros.Côté calendrier, l'annonce de la reprise de CropScience pourrait intervenir dès cet été pour une finalisation de l'opération à la fin de l'année. "Parmi tous les prétendants, c'est l'allemand Bayer qui a notre préférence car il n'a pas encore pris part à la consolidation du secteur", poursuit Florent Cespedes. Le recentrage des grands laboratoires sur leurs seules activités pharmaceutiques s'est accéléré ces dernières années. A l'heure actuelle, huit des vingt plus grands groupes du secteur réalisent 80% de leur chiffre d'affaires dans la pharmacie contre seulement trois en 1998. Outre l'apport financier, la vente de CropScience doit permettre à Aventis, qui subit une décote de plus de 10% par rapport à ses concurrents, d'accroître son potentiel de hausse en Bourse.Mardi, l'action Aventis s'est adjugé 2,29% sur la séance à 91,5 euros à la clôture, ramenant son recul depuis le début de l'année à moins de 3%.Hélène Mazier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :