Fini le banquier et l’assureur de Papa !

 |  | 331 mots
Chacun faisait un métier bien différent. Et puis on a commencé à parler de bancassurance ou d'assurfinance. Les banquiers se sont mis à vendre de l'assurance vie, ce qui est normal puisqu'il s'agit finalement d'un produit d'épargne. Mais ils se sont lancés également dans l'assurance dommage, ce qui relève d'une logique - statistique notamment - totalement différente.De leur côté, les assureurs ont commencé à se dire qu'ils pouvaient vendre aussi des produits financiers à leurs clients et pas seulement des polices. La révolution Internet est venue se greffer à cette évolution des mœurs pour accompagner ce tournant. Moralité, aujourd'hui beaucoup de banquiers tentent de faire aussi de l'assurance et beaucoup d'assureurs se rêvent en financiers tous azimuts.Le coup de grâce aux schémas de papa est venu d'Allemagne. Le rachat de la banque Dresdner (banque d'investissement y compris) par le géant germanique de l'assurance Allianz, accompagné du rapprochement entre l'assureur et réassureur Munich Re et la banque, bavaroise elle aussi, HypoVereinsbank, bouleversent définitivement les cloisons du secteur financier. S'agit-il du feu d'artifice de la bancassurance ou du changement d'échelle de l'assurbanque (puisque c'est Allianz qui a mis le feu aux poudres) ? Le discours d'Axa qui ne veut pas racheter une banque mais tient à distribuer une large palette de produits financiers est-il désormais obsolète ?Gare aux modes et aux imprudences. D'abord, l'Allemagne nous a habitué ces derniers mois, avec les spectaculaires échecs successifs des mariages Deutsche Bank-Dresdner puis Dresdner-Commerzbank, à se griller les ailes en voulant aller plus vite que la musique. Et surtout, derrière les théories, les mots et les concepts, se cache finalement une volonté relativement commune : celle de vendre, via un ou plusieurs réseaux (chaque solution a ses fidèles partisans) des produits financiers variés en fidélisant la clientèle plutôt que de la laisser se faire tenter par les offres de concurrents auto-proclamés... qu'ils soient bancassureurs ou assurbanquiers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :