Call Center Alliance sanctionné après avoir décalé ses objectifs

Seconde plus forte chute du Nouveau Marché mardi, l'action Call Center Alliance a dévissé de 14,84% à 8,09 euros. C'est la troisième séance consécutive de baisse pour le titre qui a plongé de plus de 20% depuis le 11 avril dernier.Ce mouvement de défiance accrue des investisseurs est imputable au décalage des objectifs de croissance et de résultats que le spécialiste des centres d'appels s'était fixé lors de son introduction en Bourse en novembre 2000. A l'occasion de la présentation, le 10 avril dernier, des résultats du premier semestre de l'exercice 2000/01, Call Center Alliance a annoncé qu'il ne pourrait atteindre un chiffre d'affaires annuel de 52 millions d'euros fin juin, date de clôture de l'exercice. Cette prévision, comme celle d'un résultat d'exploitation de 4,5 millions d'euros, est reportée d'un semestre, à fin décembre 2001.C'est le retard pris dans le démarrage de plusieurs gros contrats, notamment avec France Télécom, qui a conduit Call Center Alliance à décaler ses prévisions. Ces contrats, qui devaient initialement débuter courant novembre, n'ont démarré qu'en janvier et peinent à monter en puissance, a expliqué Bernard Caiazzo, président du groupe. Un manque à gagner d'environ 12,2 millions d'euros sur l'exercice que l'on perçoit déjà dans les comptes du premier semestre. De juillet à décembre 2000, Call Center Alliance a réalisé un chiffre d'affaires inférieur aux attentes, à 14,7 millions d'euros (+48%). Le résultat net parvient tout juste à l'équilibre après les 200.000 euros enregistrés en décembre 1999.Qui plus est, Call Center Alliance a réalisé d'importants investissements lors des derniers mois de l'année 2000, parvenant à doubler sa capacité de production en trois mois avec l'ouverture de nouveaux sites à Rouen, Poitiers et en Grande Bretagne. Le groupe est ainsi passé de quatre à huit sites comprenant 1315 stations de travail en France comme en Europe (Bénélux, Grande-Bretagne)."Le plus dur est désormais derrière nous et nous allons nous attacher cette année à accroître notre rentabilité. L'objectif primordial pour 2001 est en effet d'atteindre une marge d'exploitation de 10% à la fin de l'année calendaire", souligne néanmoins Bernard Caiazzo.Hélène Mazier.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.