AbCool annonce sa prochaine fermeture

Le chaud et froid continue de souffler sur la nouvelle économie. Alors que quelques sociétés - comme bFinance lundi - parviennent à boucler des levées de fonds records, d'autres choisissent de publier à l'avance l'annonce de leur décès. C'est le cas aujourd'hui d'AbCool, "boutique ludique en ligne" ouverte en décembre 1999. Dans un communiqué laconique, la société annonce sa "cessation prochaine d'activités", précisant qu'elle a inscrit à l'ordre du jour de sa prochaine assemblée générale, le 2 mars prochain, "en plus de l'approbation des comptes annuels, la liquidation amiable de l'entreprise". La société, qui commercialise jouets, jeux, cadeaux, articles de sports et produits dérivés de dessins animés, précise que "les possibilités de la fusion envisagée avec le groupe Partner Jouet apparaissent comme de plus en plus hypothétiques". Premier grossiste sur le marché français du jouet, Partner Jouet était aussi l'un des actionnaires fondateurs d'AbCool. Pénalisée par les difficultés de l'américain eToys, qui semblait en passe de s'imposer il y a un an face aux géants du marché comme Toys'R Us et qui s'apprête lui aussi à fermer ses portes, AbCool n'est jamais parvenu à boucler son second tour de table. Au printemps dernier, en pleine euphorie du commerce électronique "B2C", ses fondateurs prévoyaient de lever 50 millions de francs."Nous avons vite compris qu'il était vain de proposer aux capital-risqueurs un dossier de financement '100% dot-com', explique François Benveniste, fondateur de la société, ancien PDG de CalvaCom et de PSINet France. Les plans sociaux chez Amazon ou Barnes & Noble aux Etats-Unis, la mort d'eToys ne nous ont évidemment pas aidé. La fusion avec Partner Jouet était une bonne solution mais le projet était soumis à une condition : trouver un nouveau financement". "Cette issue est dramatique et surtout rageante, poursuit le PDG. Nos ventes affichent un taux de croissance situé entre 600 et 1000%, et tous les actionnaires étaient convaincus de la viabilité de la société. Mais à condition d'attendre 2002 pour parvenir à l'équilibre financier". L'an dernier, AbCool, qui emploie 22 personnes, a réalisé un chiffre d'affaires d'un peu moins de 4 millions de francs. Lors de son premier tour de financement, outre Partner Jouet, AbCool avait fait entrer à son capital Partech, Galileo et Apollo Invest."Il nous reste pas mal de cash, il n'est donc pas question de laisser des ardoises en partant, souligne François Benveniste. Nous paierons les salariés, les fournisseurs et le fisc avant la dissolution anticipée de la société." La publication du communiqué vise bien sûr à alerter d'éventuels repreneurs, même si, comme le résume le fondateur d'AbCool, "on ne croit plus beaucoup aux contes de fées". Mais il a aussi pour objectif de préparer d'éventuelles cessions des actifs de la société, notamment son nom, sa plateforme logicielle et son centre serveur. "AbCool dispose aussi d'une équipe solide, constituée et soudée", ajoute François Benveniste. Marc Angrand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.