Les banquiers en ligne ne peuvent survivre sans le Minitel

N'en déplaise à Zebank, les Dotcom et Internet n'ont pas l'apanage des services bancaires en ligne. L'institut d'étude Forrester Research fait ressortir que l'utilisation du Minitel est encore vivace en France malgré la progression du taux de pénétration du Web dans les foyers, et cela surtout pour les services qui ont fait son succès, notamment les services financiers. "Le Minitel est encore Roi", rappelle l'étude. Cela reste en effet le premier réseau en ligne. Avec ses 15 millions d'utilisateurs, il dépasse très largement le Web qui ne recense que 10 millions d'utilisateurs dans les estimations les plus optimistes. Et 3,2 millions de personnes en France utilisent le Minitel pour gérer leur compte en banque, sans se servir du Web. Pour Forrester, même si au vu de la croissance du taux de pénétration d'Internet dans les foyers le nombre d'adeptes de la banque en ligne devrait dépasser celui du Minitel à la mi 2002, il est donc dangereux pour les banques en ligne comme Zebank de se priver de tels canaux de distribution. En effet, 38% des titulaires de compte en ligne se servent encore du Minitel, ce qui fait de ce canal un formidable moyen de recrutement pour Internet. En outre, les banques classiques, en plus de leurs prestations traditionnelles, offrent une qualité de service sur Internet très compétitives. En même temps, le marché de masse des futurs titutaires de comptes, dont les avoirs sont compris entre 100 000 et 1 million d'euros, est très courtisé par des établissements comme Credit Suisse, Dexia et autre Fortis qui mettent en place des offres spécifiques sur ce marché.Les recommandations à l'égard des banques en ligne sont claires: la croissance de leur activité dépend de deux types d'action. Elles doivent proposer un service sur Minitel en raison de son taux de pénétration, mais également éventuellement ouvrir des bureaux physiques afin d'acquérir plus rapidement de nouveaux clients. C'est d'ailleurs le conseil formulé expressément par Forrester à Zebank. Un conseil que Forrester n'hésite pas à généraliser: quel que soit le type d'institution, estime la firme, les banques devront désormais s'attacher à développer une stratégie multi-canaux, combinant les trois types de distribution - Internet, Minitel et guichets.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.